NOUVELLES

47 morts, dont une moitié de militaires, dans les violences en Syrie (ONG)

05/06/2012 01:30 EDT | Actualisé 05/08/2012 05:12 EDT

Quarante-sept personnes, dont 24 membres des forces gouvernementales, ont été tuées mardi en Syrie dans les violences, essentiellement dans des combats entre armée et rebelles, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Vingt-deux soldats et neuf combattants de l'opposition ont péri dans des combats survenus dans plusieurs villages de la zone d'Al-Hiffa, dans la région de Lattaquié" (nord-ouest), a déclaré à l'AFP le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, faisant également état de deux civils tués et de "dizaines" de militaires blessés.

L'agence officielle Sana a évoqué pour sa part une attaque de "groupes terroristes armés", parlant de deux membres des forces de l'ordre tués et d'un certain nombre de "terroristes" tués et blessés.

Pendant le week-end, près de 80 soldats de l'armée régulière avaient péri dans les combats avec les insurgés en Syrie, théâtre d'une révolte sans précédent contre le régime de Bachar al-Assad depuis mars 2011. M. Abdel Rahmane avait alors imputé ce grand nombre de militaires tués à une "escalade des combats" à travers le pays ces derniers jours.

"L'armée syrienne fait face à des soldats rebelles ou à des opposants qui se sont armés, qui connaissent très bien le terrain et qui sont bien accueillis par la population", avait-il expliqué.

Dans le reste du pays, 14 autres personnes ont péri dans la province d'Idleb (nord-ouest), dont quatre civils tués avant l'aube lors d'une "vaste opération militaire" à Kafroueid.

La province de Deraa (sud) compte trois morts, dont une petite fille tuée par des bombardements à Al-Loujat, où des combats ont opposé des rebelles et des soldats qui tentaient de prendre le contrôle de fief de l'opposition armée de cette province.

Une autre fillette a été tuée par des tirs de mitraillette à Aazaz, dans la province d'Alep (nord).

Un colonel de l'armée a été assassiné par des hommes armés devant son domicile à Deir Ezzor (est), selon l'OSDH, et un général a été tué par une bombe dans le quartier de Barzé à Damas.

Sana a annoncé la mort de trois officiers de l'armée tués mardi par des "groupes terroristes": un officier médecin a péri dans l'explosion de sa voiture à la périphérie du quartier de Barzé, et deux autres officiers ont été tués par les tirs des "terroristes" à Deir Ezzor.

rd-am/vl/fc

PLUS:afp