NOUVELLES

Syrie: quatre morts, violents combats dans le nord-ouest (ONG)

04/06/2012 08:13 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

De violents combats ont éclaté lundi à l'aube entre troupes du régime et rebelles dans la province syrienne d'Idleb (nord-ouest), a rapporté une ONG au lendemain de propos du président Bachar al-Assad réaffirmant sa détermination à écraser la révolte.

Deux rebelles ont été tués lors des combats qui ont éclaté dans le district de Jabal al-Zawiya, un bastion de la rébellion qui a connu des affrontements parmi les plus violents depuis la militarisation de la révolte populaire lancée il y a près de 15 mois, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Plusieurs localités d'Idleb avaient été bombardées dans la nuit par des chars, lance-roquettes et canons, a indiqué de son côté le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition.

Par ailleurs, les forces gouvernementales ont pris d'assaut le quartier de Jobar à Damas, perquisitionnant à la recherche de militants. A Qaboune, un autre quartier de la capitale, les habitants ont participé à des funérailles d'un homme tué à l'aube lors de perquisitions, poursuit l'OSDH.

Dans la province de Damas, un jeune homme a été tué par des tirs à Douma, et quatre explosions ont secoué la ville d'Irbine.

A Homs, dans le centre du pays, des tirs à la mitrailleuse et des explosions d'obus étaient entendus depuis le matin dans les vieux quartiers de la ville, selon l'ONG.

M. Assad, qui ne reconnaît pas l'ampleur de la contestation, a prévenu dimanche dans un discours devant le Parlement qu'"il n'y aurait pas de compromis dans la lutte contre le terrorisme" et que la sécurité de la nation était une ligne rouge".

Plus de 13.400 personnes ont été tuées depuis le 15 mars 2011, en majorité des civils morts dans la répression, selon l'OSDH.

Dimanche, 46 personnes, dont 19 civils, 19 soldats et 8 rebelles, selon l'ONG.

Les violences continuent de tuer malgré la présence de près de 300 observateurs de l'ONU censés surveiller un cessez-le-feu proclamé le 12 avril en vertu du plan Annan et systématiquement violé.

ram-rm/feb

PLUS:afp