NOUVELLES

Robert Pattinson a ressenti de la panique avant de tourner «Cosmopolis»

04/06/2012 03:36 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

TORONTO - La vedette de «Twilight», Robert Pattinson, affirme qu'il a vécu une sorte de crise de panique avant le tournage de son nouveau film, «Cosmopolis», avec le réalisateur David Cronenberg.

L'acteur britannique a participé à une conférence de presse, lundi à Toronto, pour discuter du projet, dans lequel il tient le rôle d'un milliardaire qui connaît diverses péripéties au cours de son trajet d'un bout à l'autre de Manhattan.

Pattinson admet que son collègue, Jay Baruchel, et lui étaient «absolument terrorisés» lorsqu'ils ont tourné la première scène du film, à Toronto.

L'acteur a cependant réussi à se ressaisir grâce au calme de Cronenberg et aux discussions qu'il a eues avec lui avant le tournage, à son domicile de Toronto. Le réalisateur lui avait alors dit d'arrêter de s'inquiéter.

«Je crois que tu m'as dit, au début du tournage, "Advienne que pourra"», a rappelé l'acteur à Cronenberg au cours de la conférence de presse.

«Cosmopolis», qui prendra l'affiche au Canada vendredi, est inspiré d'un roman de Don DeLillo, paru en 2003.

Cronenberg a choisi de conserver intacte la quasi-totalité des dialogues du livre, ne changeant que quelques scènes pour des raisons cinématographiques.

Il a ainsi demandé aux acteurs de s'en tenir à leurs répliques et de laisser le matériel «parler de lui-même».

Robert Pattinson a fait confiance au réalisateur et se sentait même soulagé de ne pas avoir à créer sa propre interprétation d'un personnage aussi complexe.

«Je ne suis pas un expert en post-modernisme ou rien du genre», a admis l'acteur, qui semblait détendu dans un veston sport noir et un chandail de golf de la même couleur.

«Ton agent m'avait dit que tu l'étais», lui a répondu à la blague Cronenberg, suscitant des rires dans la pièce remplie de journalistes qui avaient reçu l'ordre de ne poser «aucune question sur les vampires, les loups-garous, ni rien de personnel».

«Je me suis donc demandé si je pouvais, en deux semaines, arriver avec une réinterprétation complètement originale de De Lillo, a poursuivi l'acteur de 26 ans. C'est complètement ridicule.»

«Mais il y a quelque chose dans la construction de son écriture qui est si facile, qu'on n'a pas besoin d'y ajouter quoi que ce soit et je crois que c'est exactement ce que (Cronenberg) m'a demandé de faire.»

PLUS:pc