NOUVELLES

Pour la Chine, la question syrienne se trouve à un "moment très critique"

04/06/2012 04:35 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

L'ambassadeur de la Chine à l'ONU a estimé lundi que les efforts engagés pour mettre fin à la crise en Syrie était à un moment décisif et que le gouvernement et les forces de l'opposition devaient mettre fin aux violences.

"La question syrienne se trouve à un moment très critique. Le processus politique visant à résoudre la crise syrienne est à un carrefour", a déclaré Li Baodong au moment où la Chine prenait la présidence tournante du Conseil de sécurité.

La Syrie peut s'assurer des lendemains "radieux" en se mettant d'accord sur un plan négocié ou au contraire une "perspective sombre avec des violences sanglantes, un conflit rampant pouvant se transformer en guerre civile à part entière, des violences sectaires entre villages, entre voisins, entre villes", a déclaré le diplomate chinois quelques jours après le massacre de Houla, dans lequel 108 personnes ont péri le 25 mai.

"Ceux qui ont fait ça doivent être traînés en justice", a dit l'ambassadeur à propos du massacre, en soutenant l'ouverture d'une "enquête" indépendante sur cette tuerie.

Le diplomate a appelé la communauté internationale a soutenir le plan de sortie de crise de Kofi Annan mais n'a rien indiqué qui puisse laisser entendre que la Chine pourrait revoir son opposition aux sanctions visant la Syrie.

"Les forces en Syrie --gouvernement, forces de l'opposition-- doivent honorer leurs engagements, l'obligation qu'ils ont de cesser le feu", a ajouté Li Baodong.

Des combats meurtriers ont à nouveau opposé, lundi, soldats et rebelles en Syrie malgré la détermination affichée par le président Bachar al-Assad de mettre fin "à n'importe quel prix" à la crise, qui a été au menu d'un sommet lundi entre la Russie, son principal allié, et l'Union européenne.

tw/sj/lor

PLUS:afp