NOUVELLES

Nigeria: plus de 100 corps dégagés des décombres, les deux moteurs en panne avant le crash

04/06/2012 11:45 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

Les autorités nigérianes ont annoncé lundi que les deux moteurs de l'avion qui s'est écrasé dimanche sur la capitale économique Lagos, tuant les 153 personnes à bord, étaient défaillants avant que l'appareil ne tombe, et promis d'améliorer la sécurité aérienne.

L'équipage a "lancé un appel de détresse car les deux moteurs ont lâché", a déclaré à l'AFP le directeur de l'Aviation civile Harold Demuren, sans préciser les raisons des pannes.

Un MD-83 de la compagnie intérieure nigériane Dana Air assurant la liaison Abuja-Lagos s'est écrasé dimanche sur un quartier densément peuplé, proche de l'aéroport international de Lagos, tuant les 153 personnes à bord et un nombre encore indéterminé d'habitants.

Les sauveteurs continuaient lundi de dégager des corps calcinés de la carcasse de l'avion.

Les familles des victimes étaient rassemblées aux abords d'une morgue d'un hôpital de Lagos, dans l'espoir d'identifier des proches.

Selon un employé, plus d'une centaine de dépouilles ont été déposées à la morgue depuis dimanche soir.

Le président nigérian Goodluck Jonathan a promis lundi de prendre des mesures pour améliorer la sécurité aérienne au cours d'une visite sur les lieux de la catastrophe, l'une des pires de l'histoire aérienne du pays.

"Nous avons travaillé très dur pour améliorer l'aviation dans ce pays", a déclaré M. Jonathan. "Cet incident est un sérieux revers pour nous", a-t-il ajouté, soulignant qu'il ferait "en sorte" que ce type d'accident "ne se répète pas dans le pays".

Lundi matin, la police avait tiré des gaz lacrymogène sur la foule accourue vers l'épave de l'appareil, tandis que des proches de victimes tentaient désespérément de s'approcher pour identifier des membres de leur famille. Ils ont été refoulés, les sauveteurs affirmant que les corps étaient méconnaissables.

Les débris de l'appareil continuaient à se consumer lundi près de l'aéroport international de Lagos. Deux grues ont entrepris de les dégager.

Selon les médias locaux, cet accident est le plus grave survenu au Nigeria depuis 1992, lorsqu'un C-130 militaire s'était écrasé, tuant les 200 personnes à bord.

Les 153 personnes à bord du vol de Dan Air sont considérées comme décédées, a indiqué un porte-parole du Bureau d'enquête sur les accidents du Nigeria. Le nombre d'habitants tués par la chute de l'appareil n'était pas connu lundi.

L'avion transportait 147 passagers et six membres d'équipage, a précisé un porte-parole de la compagnie. Le pilote était américain et le co-pilote indien, a précisé lundi à l'AFP le directeur de l'Aviation civile Harold Demuren.

Au moins l'une des boîtes noires de l'avion a été retrouvée, a-t-on appris de source officielle.

Selon le ministère de l'aviation, l'appareil a signalé avoir un problème alors qu'il se trouvait à 11 milles nautiques de l'aéroport. Il a disparu des écrans radars une minute après avoir lancé cette alerte à 15H43 locales (14H43 GMT), a précisé le ministère dans un communiqué.

Le pays le plus peuplé d'Afrique a commencé à observer un deuil de trois jours décrété dimanche par le président Goodluck Jonathan.

Dès le crash, le chaos a régné sur le site. Des milliers de curieux ont partiellement bloqué les accès au site, empêchant les équipes de secours d'arriver sur place et contraignant les militaires à employer la manière forte, à coups de matraque de caoutchouc.

Ces militaires qui tentaient de contenir la foule ont reçu des jets de pierres et un hélicoptère s'efforçant d'atterrir a ajouté au chaos.

Les lieux étaient beaucoup plus calmes lundi, après l'utilisation de gaz lacrymogène et le déploiement d'importantes forces de sécurité.

L'avion s'est écrasé sur une zone qui comptait une église, un imprimerie et un immeuble de deux étages. Pour certains habitants, l'appareil a piqué du nez. Selon d'autres, il a tangué d'avant en arrière avant de s'écraser.

Les drapeaux nationaux ont été mis en berne. Le président Jonathan a également ordonné dimanche soir une "enquête la plus complète possible" sur l'accident.

A Washington, un responsable américain a adressé lundi ses condoléances au peuple nigérian.

"Permettez moi d'exprimer nos profondes et sincères condoléances aux familles et amis de ceux qui ont perdu leurs vies dans le terrible crash de l'avion à Lagos hier", a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint Bill Burns, à l'ouverture d'un forum entre les deux pays organisé par l'Institut américain pour la paix.

bur-mjs/sd/jpc

PLUS:afp