NOUVELLES

Les rivaux ont peut-être compris comment parvenir à contrer l'Espagne

04/06/2012 11:41 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

SÉVILLE, Espagne - Leurs rivaux ont peut-être compris comment contrer la formule à succès de l'Espagne, celle qui s'est révélée si efficace ces dernières années.

Pour son dernier match préparatoire avant le Championnat d'Europe, une victoire de 1-0 aux dépens de la Chine, dimanche, les champions en titre de la Coupe du monde ont déployé tous leurs atouts: possession du ballon, passes courtes et combinaisons complexes. Mais il a aussi mis en lumière les absences de David Villa et Carles Puyol.

La défense espagnole a été chanceuse de s'en sortir sans encaisser de but après plusieurs défaillances, et sa profondeur en milieu de terrain peut devenir inefficace sans un attaquant capable de convertir les nombreuses occasions. Fernando Torres et Alvaro Negredo n'ont pas marqué, une source de préoccupation à quelques jours du match d'ouverture de l'Espagne à l'Euro 2012, dimanche, contre l'Italie, un adversaire plus redoutable.

L'entrée en scène d'Andres Iniesta après la mi-temps a modifié l'allure du match en faveur de l'Espagne, alors que le héros de la Coupe du monde a offert une passe parfaite à David Silva pour inscrire le but de la victoire en fin de match. Auparavant, Xavi Hernandez, Sergio Busquets et Xabi Alonso n'étaient pas parvenus à percer la défense disciplinée de la Chine.

«Nous nous présentons aux matchs bien préparés. Le fait est que nos adversaires sont mieux préparés à nous affronter et ça rend les choses plus difficiles», a constaté l'entraîneur Vicente del Bosque, qui a devancé Luis Aragones à titre d'entraîneur national qui compte le plus d'ancienneté après avoir dirigé son 55e match.

Iniesta, auteur du but victorieux en prolongation lors de la finale de la Coupe du monde 2010 contre les Pays-Bas, sera une des pièces maîtresses de l'attaque de l'Espagne lors du tournoi compte tenu de l'absence de Villa.

«Andre rend tout plus facile», a d'ailleurs reconnu Silva.

L'Espagne regorge de talents en milieu de terrain grâce à Juan Mata et Santi Cazorla, mais le retour de Cesc Fabregas après une blessure aux ischio-jambiers est important si Xavi n'est pas au sommet de sa forme après avoir été ralenti toute la saison par une blessure au mollet.

«Le débat quant à la présence du no 9 continuera jusqu'à la fin de l'Euro», a mentionné Negredo.

Les similitudes entre l'équipe d'Espagne et le style de jeu du FC Barcelone sont évidentes, tout comme les stratégies adaptées par leurs rivaux pour les contrer.

Contre Barcelone, Chelsea a opté pour un jeu serré et discipliné en défense et a converti ses quelques contre-attaques pour éliminer les champions en titre en route vers le titre en Ligue des Champions. La formation de Barcelone, comme celle d'Espagne, était trop dépendante de son jeu en milieu de terrain et du talent de Lionel Messi en l'absence de Villa.

Les mêmes tactiques défensives ont été utilisées par les Pays-Bas en finale en Afrique du Sud, et elle sont très susceptibles d'être employées de nouveau contre les favoris par leurs rivaux du groupe C, qui comprend aussi l'Irlande et la Croatie.

«L'Espagne croit en ses qualités, elle a une confiance absolue dans son style de jeu, a déclaré l'entraîneur de la Chine, Jose Antonio Camacho, qui a précédemment dirigé l'Espagne. Toutes les équipes vont essayer de jouer comme nous contre l'Espagne, c'est-à-dire de bien se défendre et essayer de tirer avantage de la contre-attaque.»

Puyol et Villa ont choisi de ne pas faire le voyage avec l'équipe afin de se concentrer sur la guérison de leurs blessures à temps pour le début de la nouvelle saison.

Les joueurs espagnols ont également révélé qu'ils auraient la permission d'utiliser les médias sociaux pendant le tournoi, ce qu'on leur avait initialement interdit de faire.

PLUS:pc