NOUVELLES

Les navires sans équipage sont dans la mire du ministère de la Défense

04/06/2012 04:48 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - La Marine royale canadienne évalue différents scénarios d'utilisation de navires sans équipage, qui pourraient bien faire leur apparition dans un avenir pas si lointain, selon le ministre de la Défense, Peter MacKay.

Les véhicules de surface sans équipage (USV) sont l'équivalent naval des véhicules aériens inhabités, soit les drones contrôlés à distance, qui se sont rapidement imposés comme l'arme de prédilection de l'administration Obama dans les interventions ciblées contre les militants d'Al-Qaïda.

La technologie derrière les USV n'en est encore qu'à ses premiers balbutiements comparativement aux drones aériens, mais le ministre MacKay a soutenu à La Presse Canadienne que ces appareils pourraient avoir un rôle à jouer au sein de la marine canadienne dans un «futur proche».

Le ministre a souligné que le pays était entouré d'eau, et que les vaisseaux sans équipage permettraient une portée et une capacité d'intervention sans trop de risques. Cette technologie, a poursuivi M. MacKay, peut maintenir l'ennemi à distance.

Par ailleurs, le ministre de la Défense avait récemment annoncé l'octroi de 3 millions $ à la compagnie Rolls-Royce Canada pour soutenir la recherche sur les USV dans sa province, la Nouvelle-Écosse, dans le cadre des initiatives de recherche et développement de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique.

Le commandant de la marine, le vice-amiral Paul Maddison, a affirmé que l'intégration de ces navires dans la prochaine flotte canadienne représentait un scénario déjà à l'étude, et ce, plus particulièrement lorsque le temps sera venu de remplacer les frégates actuelles vers la fin de la prochaine décennie.

Les impacts découlant de l'arrivée de ces navires robotisés sur le remplacement de la flotte traditionnelle, avec un équipage à bord, demeurent incertains pour l'instant.

La marine procède déjà à des tests sur la technologie à distance, avec de petits véhicules aériens inhabités, les ScanEagle, qui décollent du pont des frégates pour des essais.

Et au cours des dernières années, les navires de la garde côtière ont utilisé, pour des exercices conjoints avec la marine américaine, des robots sous-marins pour détecter des mines enfouies dans les profondeurs de l'océan.

PLUS:pc