NOUVELLES

Le pétrole finit en hausse à New York, tente un rebond

04/06/2012 03:04 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont fini en hausse lundi à New York, amorçant une tentative de stabilisation après la glissade des derniers jours, alors que le marché attendait de nouvelles discussions des grands argentiers du G7 mardi.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet a fini en hausse de 75 cents par rapport à la clôture de vendredi, à 83,98 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"On a eu un peu de couverture de positions après cette chute" de 3,30 dollars vendredi mais "globalement il n'y a eu aucun développement positif" derrière ce rebond, a commenté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Le marché a suivi avec intérêt les rumeurs sur un probable plan de sauvetage pour les banques espagnoles, alimentées par l'annonce d'un entretien téléphonique des ministres des Finances du G7 mardi à propos la crise dans la zone euro. Il sera notamment question de "la faiblesse de certaines banques", selon le ministre canadien des Finances, Jim Flaherty.

Toutefois, "il y a encore trop de désaccords en Europe sur les modalités d'un plan de sauvetage, en particulier avec (la chancelière allemande Angela) Merkel", a estimé M. Lipow.

Il a indiqué par ailleurs que les opérateurs s'attendaient à une action prochaine de la Réserve Fédérale (Fed) visant à "affaiblir" le dollar, "ce qui bénéficierait au marché des matières premières".

Le marché est en effet plombé depuis plusieurs semaines par le net renchérissement du dollar, dont le statut de valeur refuge était renforcé par les déboires de la zone euro. Une hausse de la monnaie américaine pénalise les acheteurs d'or noir munis de devises.

Dans ce contexte d'incertitude générale, la première banque américaine, JPMorgan Chase, a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour l'année prochaine, soulignant en particulier le ralentissement des pays émergents qui "soulève la question de l'impact de la détérioration du climat économique sur la demande future en pétrole".

Mais si des cours plus bas se maintiennent, l'impact positif sur la demande en pétrole pourrait croître avec les consommateurs qui s'ajusteraient" à ce nouvel ordre de prix, remarque JPMorgan.

D'ici là, a averti Matt Smith, de Summit Energy, "l'incertitude entourant la situation en Europe peut stopper toute tentative de hausse et faire dévisser les cours à tout moment".

sab/sl/sj

PLUS:afp