NOUVELLES

La France trahit ses principes en soutenant des fondamentalistes (Adonis)

04/06/2012 05:39 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

Le poète syrien exilé Adonis estime dans une interview à la revue Afrique-Asie que la France a trahi les principes de la Révolution française en apportant son soutien à "tous les mouvements fondamentalistes réactionnaires" dans le monde arabe.

"A observer la politique actuelle de la France vis-à-vis du monde arabe, on se rend compte qu'elle trahit les principes de la Révolution française", accuse celui qui est considéré comme le plus grand poète vivant du monde arabe.

"Au lieu d'oeuvrer pour soutenir les courants séculiers, démocratiques et pluriels à même de jeter les fondements d'une révolution globale susceptible de sortir les sociétés arabes du Moyen Âge vers la modernité, la France apporte, au contraire, son soutien à tous les mouvements fondamentalistes réactionnaires et collabore, au nom des droits de l'homme, avec les régimes fondamentalistes réactionnaires", déplore Adonis.

"Si c'est la défense des droits de l'homme qui l'anime, les occasions de le montrer ne manquent pas, particulièrement en Palestine, mais aussi au Soudan, en Arabie Saoudite et dans l'ensemble des pays du Golfe, dont certains ne disposent pas encore d'une Constitution", dit-il, critiquant "ces tribus et ces États inconstitutionnels, fondés sur la violence et la répression".

"Personne ne peut et ne doit défendre un quelconque régime arabe. Mais il ne faudrait pas pour autant remédier au mal que représentent ces régimes par un autre. Or, c'est exactement ce que font la France et l'Europe aujourd'hui", conclut-il.

Adonis, de son vrai nom Ali Ahmad Saïd Esber, âgé de 82 ans, né à Al-Qassabin, près de Lattaquié, en Syrie, est l'aîné d'une famille paysanne de six enfants. Après un séjour en prison pour son appartenance au Parti nationaliste syrien, il s'exile au Liban en 1956 avant de venir s'installer en France. Il réside depuis 1985 à Paris, où il a enseigné à la Sorbonne et a été le représentant de la Ligue arabe à l'UNESCO.

kat/hr/jlb

PLUS:afp