TWITTER - Twitter et les autorités religieuses du Golfe ne font décidément pas bon ménage et Hamad al-Naqi vient d'en faire l'amère expérience. Ce jeune koweïtien de 22 ans vient d'être condamné à dix ans de prison pour avoir insulté sur Twitter le prophète Mahomet, sa femme Aïcha et certains de ses compagnons.

Lire aussi: Hamza Kashgari, Cheng Jianping, Park Jeong-Geun...: les martyrs de Twitter

Autres motifs de condamnation: avoir insulté l'Arabie Saoudite et Bahreïn et avoir "propagé de fausses informations portant atteinte à l'image du Koweït", à l'étranger. De son côté le twitto koweïtien, arrêté il y a trois mois, nie ces accusations et affirme que son compte Twitter a été piraté. En avril, la justice koweïtienne avait déjà condamné à sept ans de prison un sunnite pour avoir tenu des propos jugés insultants à l'égard de la communauté chiite sur Twitter.

Le Parlement a voté début mai une nouvelle loi introduisant la peine de mort pour des délits de blasphème et d'insulte au prophète Mahomet et à ses épouses, mais celle-ci n'a pas encore été promulguée. L'avocat de Hamad al-Naqi va faire appel et compte sur l'annulation du verdict.