NOUVELLES

Israël et Washington discutent de nouvelles sanctions contre l'Iran (presse)

04/06/2012 09:16 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

Israël et les Etats-Unis discutent d'un nouveau train de sanctions qui pourraient être imposées à l'Iran en cas d'échec des prochaines négociations entre les grandes puissances et Téhéran sur le programme nucléaire iranien, annonce lundi le quotidien israélien Haaretz.

Le sous-secrétaire américain au Trésor, David Cohen, a déclaré au quotidien que de nouvelles sanctions seraient imposées à l'Iran si les discussions qui doivent reprendre à Moscou les 18-19 juin ne parvenaient pas à mettre fin aux aspects controversés du programme nucléaire iranien.

A moins d'avancées à Moscou entre l'Iran et le groupe des 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France et Allemagne), un embargo européen sur le pétrole iranien doit déjà entrer en vigueur le 1er juillet.

"Si on n'obtient pas d'avancées à Moscou, il est évident que nous allons augmenter la pression", a déclaré M. Cohen, qui coordonne les sanctions américaines contre l'Iran.

"Ce que les Israéliens doivent comprendre, et que les dirigeants iraniens doivent comprendre, c'est que si nous ne pouvons pas faire de progrès par la voie diplomatique, il est toujours possible d'augmenter les pressions" économiques, a-t-il ajouté.

Arrivé dimanche en Israël pour des discussions sur les sanctions contre la Syrie et le financement du terrorisme, M. Cohen a assuré que Washington travaillait en étroite collaboration avec Israël sur le dossier iranien.

Dimanche, le responsable américain s'est entretenu avec le ministre israélien adjoint des Affaires étrangères, Danny Ayalon, selon un communiqué du ministère.

"Nous avons atteint un point critique qui requiert des mesures intensives et sans compromis dans les mois à venir", a déclaré M. Ayalon.

La communauté internationale soupçonne Téhéran, malgré ses démentis, de dissimuler un volet militaire derrière son programme nucléaire civil.

Israël, seule puissance nucléaire -- officieuse -- de la région, estime que son existence serait menacée si Téhéran disposait de la bombe atomique, et menace régulièrement de frappes préventives pour retarder le programme iranien.

hmw/fc/hj

PLUS:afp