NOUVELLES

Dauphiné - 1re étape: Evans prend date, Schleck inquiète

04/06/2012 12:06 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

L'Australien Cadel Evans s'est rappelé à ses futurs adversaires du Tour de France, lundi, à Saint-Vallier, où il a gagné en finisseur la première étape du Critérium du Dauphiné marquée par le retard de son dauphin de l'été dernier, le Luxembourgeois Andy Schleck.

Alors que le vainqueur sortant du Tour renouait sans attendre avec le succès pour son retour à la compétition, les deux autres favoris de juillet, Andy Schleck et le Britannique Bradley Wiggins, connaissaient des sorts contraires.

Dans la vallée du Rhône, Wiggins, qui a franchi la ligne au sein du peloton, à 4 secondes du trio de tête (Evans, Coppel, Kashechkin), a endossé le maillot jaune de leader du Dauphiné. Avec une seconde d'avance sur Evans, ce qui pourrait augurer d'un match au sommet entre les deux coureurs durant la semaine.

"Je préfère la compétition à l'entraînement, qui est même ce que je déteste dans le cyclisme. J'aime faire la course quand je suis ici", a déclaré le Britannique, vainqueur du Dauphiné l'an passé. "Si je peux gagner, je ne vais pas me priver", a répondu en écho l'Australien.

En revanche, Andy Schleck a lâché plus de trois minutes dans cette étape de plaine comportant plusieurs petites ascensions. C'est dans la côte de la Sizeranne (2,9 km à 6,6 %), au seuil des dix derniers kilomètres, que le héros du Galibier dans le Tour 2011 a été distancé irrémédiablement, sans paraître pour autant avoir puisé dans ses ultimes réserves.

"C'est inattendu !", a reconnu à l'arrivée Johan Bruyneel, le responsable de l'équipe RadioShack qui a voulu faire contre mauvaise fortune bon coeur: "Je ne m'attendais pas à un scénario de ce genre. Je n'ai pas encore parlé avec lui mais la seule explication possible, c'est le manque de rythme de compétition."

La situation est-elle inquiétante pour le cadet des Schleck, qui n'a pas couru depuis la fin avril (Liège-Bastogne-Liège) ? "Ce n'est pas un désastre. Le Tour démarre le 30 juin mais, bien sûr, il faut une amélioration", a grincé Bruyneel.

L'hypothèque ne peut qu'alourdir le climat dans l'équipe luxembourgeoise, reprise en main par Bruyneel à la fin de la saison dernière. Surtout après l'absence de résultats des frères Schleck dans les classiques ardennaises et le différend né de l'abandon de l'aîné, Frank, dans le récent Giro, à la surprise de son responsable d'équipe.

L'étape de 187 kilomètres a coûté cher aussi au champion olympique de Pékin, l'Espagnol Samuel Sanchez, qui s'est retrouvé à terre après 47 kilomètres de course en compagnie notamment de Pierrick Fédrigo (blessé au genou droit). Le Basque, touché aux côtes, a terminé la course à plus de 23 minutes du vainqueur, avant d'aller passer des radiographies.

Mardi, la deuxième étape se dispute entièrement en Ardèche, sur 160 kilomètres entre Lamastre et Saint-Félicien. Le parcours, qui reprend partiellement celui de L'Ardéchoise, une "cyclo" de référence, présente un dénivelé positif de 2900 mètres (six montées répertoriées) avec une arrivée jugée en côte (2,5 km à 4,4 %).

jm/jr

PLUS:afp