NOUVELLES

Crises en Afrique de l'Ouest: l'ambassadeur ivoirien à Paris devient ministre

04/06/2012 01:18 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

L'ambassadeur de Côte d'Ivoire à Paris, Ally Coulibaly, a été nommé lundi ministre de l'Intégration africaine par le président ivoirien Alassane Ouattara, et devra prioritairement s'impliquer dans les médiations ouest-africaines au Mali et en Guinée-Bissau.

Par décret présidentiel, Ally Coulibaly devient ministre de l'Intégration africaine en remplacement d'Adama Bictogo, limogé le 22 mai à la suite de soupçons sur le détournement de fonds destinés à l'indemnisation de victimes des déchets toxiques déversés à Abidjan en 2006.

Très proche du chef de l'Etat ivoirien depuis des années, ancien journaliste, ex-dirigeant de la télévision publique ivoirienne, M. Coulibaly, 61 ans, a été porte-parole du Rassemblement des républicains (RDR), le parti de M. Ouattara.

Nommé ambassadeur de Côte d'Ivoire à Paris par M. Ouattara au début de la crise politico-militaire ivoirienne de décembre 2010-avril 2011, il avait multiplié les interventions médiatiques en France pour porter le message de son camp.

Née du refus de l'ex-président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite au scrutin de novembre 2010, cette crise a fait quelque 3.000 morts.

Dans une déclaration devant la presse juste après sa nomination, le nouveau ministre a dit devoir mener "une mission difficile, surtout compte tenu du contexte", citant les crises au Mali et en Guinée-Bissau.

Alassane Ouattara préside actuellement la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), confrontée à de graves crises dans ces deux pays après des coups d'Etat militaires.

Adama Bictogo était très impliqué ces dernières semaines dans la difficile médiation de la Cédéao au Mali, où la transition politique piétine à Bamako tandis que la région nord est contrôlée par des groupes armés.

Il est le premier - et jusqu'à présent le seul - ministre à avoir été limogé par le président ivoirien, sur fond d'accusations récurrentes de corruption visant des membres du gouvernement.

ck/tmo/sba

PLUS:afp