NOUVELLES

Ban Ki-moon s'entretient de la Syrie avec le roi d'Arabie

04/06/2012 02:35 EDT | Actualisé 04/08/2012 05:12 EDT

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est entretenu lundi avec le roi Abdallah d'Arabie saoudite des moyens de mettre "fin aux bain de sang en Syrie" et de lutter contre le terrorisme, lors d'une rencontre à Jeddah (ouest), a rapporté l'agence officielle saoudienne SPA.

Les deux hommes ont "discuté des développements régionaux et internationaux et des initiatives pour mettre fin au bain de sang et atteindre la paix en Syrie et dans d'autres endroits de la région", selon la même source.

Dimanche, lors d'une conférence de presse conjointe avec Ban Ki-moon, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud Al-Fayçal, avait accusé le président syrien Bachar al-Assad de "manoeuvrer" pour "gagner du temps", en ignorant le plan de sortie de crise de l'émissaire international Kofi Annan.

Le ministre saoudien, dont le pays est très critique du régime de Damas, avait précisé que Ryad soutenait "la création d'une zone tampon en Syrie où les opprimés peuvent trouver refuge".

La répression par le régime des manifestants et les combats entre troupes régulières et rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL, opposition armée) font des dizaines de morts quotidiennement en Syrie, malgré la présence de près de 300 observateurs de l'ONU chargés de surveiller un cessez-le-feu théoriquement entré en vigueur le 12 avril, mais depuis constamment violé.

Le chef de l'ONU a également évoqué lundi avec le roi Abdallah "les efforts internationaux menés pour lutter contre le terrorisme, sous l'égide des Nations unies", a indiqué SPA.

"Le terrorisme est l'un des défis les plus importants auxquels nous sommes confrontés, (il s'agit d')un phénomène contre lequel la communauté internationale dans son ensemble doit lutter, et non un seul pays", avait affirmé le roi à l'ouverture dimanche à Jeddah de la deuxième réunion du conseil consultatif du Centre des Nations unies pour la lutte contre le terrorisme.

L'Arabie a été le théâtre d'une vague d'attentats sanglants menés par Al-Qaïda entre 2003 et 2006, conduisant les autorités à lancer une campagne d'arrestations pour éradiquer la branche locale du réseau jihadiste.

En avril, une source judiciaire avait indiqué qu'au total, 5.080 terroristes présumés étaient jugés ou l'avaient déjà été en Arabie.

Al-Qaïda reste très actif au Yémen voisin, où les branches saoudienne et yéménite du réseau extrémiste se sont regroupées sous le nom d'"Al-Qaïda dans la Péninsule arabique".

aa/lyn/cco/hj

PLUS:afp