NOUVELLES

USA: le tueur de Trayvon Martin va se rendre dimanche à la justice (avocat)

03/06/2012 11:13 EDT | Actualisé 03/08/2012 05:12 EDT

George Zimmerman, le tueur présumé de Trayvon Martin, un jeune Noir dont la mort a suscité un fort émoi aux Etats-Unis, va se livrer dimanche à la justice, comme le lui a ordonné vendredi un juge de Floride en révoquant sa liberté conditionnelle, a annoncé son avocat.

M. Zimmerman, qui résidait dans un "lieu sûr et tenu secret", notamment en raison de "menaces contre sa vie", est rentré samedi soir à Sanford (Floride), la ville où a eu lieu le meurtre, a annoncé dimanche son avocat, Mark O'Mara, sur un site internet consacré à la défense de son client.

L'équipe chargée de sa défense "s'est coordonnée avec la police de Sanford pour garantir la sécurité de M. Zimmerman quand il se livrera, aujourd'hui, avant 14H30 (18H30 GMT, ndlr), l'heure-limite" fixée par la justice, a dit Me O'Mara.

Le juge Kenneth Lester de Sanford a révoqué vendredi la liberté sous caution de M. Zimmerman et lui a ordonné de se livrer à la justice dans les 48 heures.

Le magistrat a justifié sa décision en indiquant que M. Zimmerman s'était lancé dans une entreprise de "falsification" destinée à faire baisser le montant de la caution, qui avait été finalement fixée à 150.000 dollars. Selon le ministère public, M. Zimmerman et sa femme ont sciemment omis de déclarer au tribunal quelque 135.000 dollars.

Les avocats de M. Zimmerman ont prévu de demander une nouvelle audience de liberté sous caution "afin de répondre aux préoccupations du tribunal concernant les fonds (dont disposait le couple)" quand la libération conditionnelle a été accordée, le 20 avril, a indiqué Me O'Mara.

L'avocat a dit espérer "que le fait que M. Zimmerman se rende par lui-même à la police aide à prouver au tribunal qu'il n'avait pas l'intention de fuir".

Zimmerman avait tué par balle Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans, le 26 février, alors qu'il effectuait une ronde de surveillance dans son quartier. Il a été arrêté le 11 avril puis remis en liberté conditionnelle le 23 du même mois.

Si Zimmerman, de père américain et de mère péruvienne, a reconnu avoir tiré sur le jeune homme, il plaide la légitime défense et invoque une loi controversée de Floride qui permet d'utiliser la force dès lors qu'on se sent menacé. Poursuivi pour meurtre, il encourt la prison à vie.

L'affaire a déclenché une forte mobilisation des organisations de défense des droits civiques qui dénoncent un crime raciste.

pb-eg/emp

PLUS:afp