NOUVELLES

Quatre civils tués dans de nouvelles violences en Syrie (ONG)

03/06/2012 07:41 EDT | Actualisé 03/08/2012 05:12 EDT

Quatre civils ont été tués dimanche dans des nouvelles violences en Syrie, où des combats faisaient rage entre armée et soldats rebelles, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province d'Alep (nord), un civil a été tué par des tirs dans le village de Madinat al-Baba et un autre a péri, victime d'un bombardement près d'al-Atareb.

Dans la ville même d'Alep, la deuxième du pays, une charge a explosé sur la place Saadallah al-Jabiri, faisant plusieurs blessés, selon la même source.

En outre, des combats violents entre armée et soldats rebelles se déroulaient à la périphérie d'Andane et de Hayyane, dans cette même région.

Plus au sud, dans la province de Hama (centre), un civil a été tué à l'aube lors du pilonnage de la localité Kafarzita par les forces gouvernementales qui tentaient d'en reprendre le contrôle, après avoir subi d'énormes pertes dans la nuit, selon l'OSDH.

A Douma, près de Damas, le militant et médecin Adnane Wehbé a également été tué par des tirs devant sa clinique, a rapporté l'ONG, qui a accusé les services de sécurité de cet assassinat.

Dans la province de Damas, des combats se sont déroulés dans la nuit de samedi à dimanche entre soldats et insurgés qui ont attaqué un point de contrôle de l'armée dans le secteur de Qalamoune, à la frontière syro-libanaise.

Dans cette même province, des milliers de personnes ont participé aux funérailles d'un homme tué la veille à Irbine par un tireur embusqué, scandant des slogans anti-régime, selon l'OSDH.

Dans la région de Homs (centre), les militants ont signalé un important convoi militaire, avec chars et véhicules blindés, se dirigeant vers l'est du pays.

L'OSDH a enfin fait état de l'arrestation jeudi d'une militante, Khansaa Namoura, à Lattaquié (nord-ouest) alors qu'elle se rendait à la faculté. Son sort et son lieu de détention "sont inconnus", a affirmé l'OSDH.

Samedi, 89 personnes en Syrie avaient péri dans des violences, dont 57 soldats, le bilan le plus lourd subi en une seule journée par l'armée régulière depuis le début de la révolte en mars 2011, a rapporté l'OSDH. Ce chiffre n'a néanmoins pas été confirmé par le régime.

rm/cco

PLUS:afp