NOUVELLES

Le meurtrier présumé de Trayvon Martin prêt à se rendre après la révocation de sa libération sous caution

03/06/2012 10:57 EDT | Actualisé 03/08/2012 05:12 EDT

Après avoir vu sa libération sous caution révoquée, George Zimmerman, le vigile de quartier accusé du meurtre de Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans, à Sanford en février dernier, est rentré en Floride pour se rendre aux autorités, a annoncé dimanche son avocat Mark O'Mara sur son site Internet.

Vendredi, un juge avait ordonné son incarcération, révoquant sa libération sous caution. Il a en effet estimé que George Zimmerman et son épouse ne s'étaient pas montrés sincères sur l'état de leurs finances lors d'une audience destinée à fixer le montant de la caution en avril dernier. Le couple avait laissé entendre qu'ils avaient des ressources limitées. Mais les procureurs ont ensuite expliqué que George Zimmerman avait réuni des fonds conséquents via un site internet qu'il a créé pour assurer sa défense.

George Zimmerman, inculpé pour meurtre sans préméditation, avait jusqu'à 14h30 heure locale dimanche pour se rendre aux autorités, selon le site Internet.

Ses avocats ont fait savoir dimanche qu'ils comptaient déposer une nouvelle demande de libération sous caution et qu'ils espéraient que la reddition de leur client témoignerait de sa bonne volonté. Par ailleurs, l'argent récolté pour le comité de soutien a été placé sur un compte indépendant auquel George Zimmerman et ses avocats n'ont pas directement accès, selon le communiqué.

George Zimmerman avait été libéré dans la nuit du 22 au 23 avril dernier. Il a plaidé non coupable du chef de meurtre, affirmant qu'il a tiré sur Trayvon Martin en état de légitime défense dans le cadre de la législation de Floride, après avoir été attaqué par l'adolescent qui lui reprochait de le suivre.

Le jeune homme, qui n'était pas armé, sortait du domicile du père de sa fiancée quand le vigile, qui effectuait une ronde comme citoyen volontaire, l'a vu, a appelé la police et a commencé à le suivre. Une bagarre a éclaté, mais les enquêteurs disent ne pas avoir déterminé qui l'a provoquée.

L'affaire a relancé le débat sur les lois sur la légitime défense et les tensions raciales. Elle a suscité beaucoup d'émoi et d'attention aux Etats-Unis en raison notamment du temps qui s'est écoulé entre la mort du jeune homme et l'inculpation de George Zimmerman, qui n'avait pas été arrêté tout de suite, en partie grâce à la loi sur la légitime défense en Floride. Il n'avait été incarcéré que le 12 avril, après plus d'un mois de mobilisation des partisans de Trayvon Martin, dans tout le pays. AP

sb/v0213

PLUS:pc