NOUVELLES

Derniers coups de balai en Pologne avant l'ouverture de l'Euro-2012

03/06/2012 10:17 EDT | Actualisé 03/08/2012 05:12 EDT

Hôtels bondés, centres-villes piétonniers pour les fans de football, stades flambant neuf, la Pologne s'apprête à accueillir près d'un million de supporteurs pour l'Euro-2012 co-organisé avec l'Ukraine durant le mois de juin.

Habituellement remplis de voitures, les parkings qui entourent le Palais des Sciences et de la Culture, dans le centre de Varsovie, ont laissé place à deux tribunes et six écrans géants pour accueillir jusqu'à 100.000 supporteurs les jours de matches.

"La scène principale est prête et maintenant on installe le plus grand écran géant qui mesure 142 m2", a déclaré à l'AFP Sebastian Mikolajczak, de l'entreprise de construction ARS Communication.

Des zones réservées aux fans comme celle de Varsovie sont en construction dans les trois autres villes hôtes de l'Euro, Gdansk, Poznan et Wroclaw ainsi qu'à Cracovie où seront basés l'Angleterre, l'Italie et les Pays-Bas.

Avec l'afflux de visiteurs attendus, les hôtels des grandes villes sont déjà complets et des solutions originales sont proposées aux visiteurs.

Ainsi, à Wroclaw (ouest), l'hôtel "The One" offre des couchettes aménagées dans des tubes de 2 mètres sur 1 mètre à la façon des hôtels capsules japonais.

"Dans le tube, vous avez de la lumière, de la ventilation, un matelas confortable et un store que vous pouvez descendre pour vous reposer en toute intimité", a assuré Agnieszka Jarzebowska, jeune manager trentenaire, de cet hôtel situé sur la grand place de Wroclaw, aux abords de la zone réservée aux fans.

Pour y dormir, il faut débourser 40 euros la nuit, un prix nettement en dessous de la moyenne du marché pendant l'Euro-2012.

Sur les rives de la mer Baltique, le paquebot Scandinavia de la compagnie Polferries embarque 1.800 passagers par jour pour des allers-retours entre le port de Gdansk et Stockholm.

Mais les jours de matches à Gdansk, ce paquebot restera à quai et servira d'hôtel avec ses 880 cabines, aux alentours de 150 euros la nuit.

"Il reste encore des places à vendre les jours des rencontres Espagne-Irlande et Espagne-Croatie", a indiqué Marian Chojnacki, responsable de l'accueil des passagers sur le paquebot.

La diversité des offres hôtelières contraste avec la pauvreté des réseaux ferroviaire et routier polonais. A peine la moitié des autoroutes prévues pour l'Euro seront achevées à temps et l'axe Berlin-Varsovie ne sera pas ouvert en totalité, les travaux ayant pris du retard sur un tronçon de 20 kilomètres.

Par la route, il faut compter entre trois et huit heures pour se rendre d'un stade à l'autre.

Les chemins de fer polonais ont prévu 440 liaisons spéciales entre les villes hôtes. Mais les temps de trajet ne sont pas plus rapides que par la route et les infrastructures ferroviaires sont encore vétustes en Pologne malgré les travaux en cours. Seules les principales gares ont été rénovées.

"Dans deux ans, avec un trajet sans incident à une vitesse moyenne de 100 km/h, on pourra relier les principales villes de Pologne depuis Varsovie en trois heures", a affirmé Remigiusz Paszkiewicz, président des chemins de fer polonais.

Faute de trains à très grande vitesse, l'avion reste de loin la solution la plus rapide pour se déplacer.

En vue du championnat, tous les aéroports des villes hôtes se sont modernisés: nouveau terminal à Wroclaw et Poznan, nouvel aéroport en banlieue de Varsovie pour les vols low coast.

"A l'heure actuelle, toutes les connections nationales sont ouvertes donc il est très facile et rapide de se déplacer entre Varsovie, Gdansk, Poznan et Wroclaw" a souligné Tomasz Lenart, directeur des relations clients à l'aéroport de Wroclaw qui peut désormais accueillir 2 millions de passagers par an.

L'Euro-2012 se tient du 8 juin au 1er juillet en Pologne et en Ukraine.

dms-ea/mrm/gd

PLUS:afp