NOUVELLES

Un maire du Pérou est emprisonné et accusé d'avoir dirigé une manifestation

02/06/2012 10:05 EDT | Actualisé 02/08/2012 05:12 EDT

LIMA, Pérou - Un juge péruvien a ordonné samedi qu'un maire régional soit placé en détention préventive pendant cinq mois. Celui-ci est suspecté d'avoir mené, la semaine dernière, des manifestations violentes contre une mine de cuivre.

Le juge Miguel Diaz a ainsi ordonné l'emprisonnement du maire Oscar Mollohuanca d'Espinar pendant l'enquête sur les accusations d'avoir troublé l'ordre public. M. Mollohuanca a déclaré à des journalistes qu'il se considérait comme une victime politique des intérêts des minières.

Arrêté mercredi, il a été transporté par hélicoptère d'Ica à Cuzco, la capitale de l'État qui comprend Espinar.

Le gouvernement a suspendu les libertés civiles pendant 30 jours à Espinar après que deux protestataires aient été tués et des dizaines de policiers eurent été blessés lundi à l'extérieur de la mine Tintaya, propriété de la compagnie suisse Xstrata. L'entreprise nie les allégations de paysans vivant près de la mine selon lesquelles la mine empoisonne le bétail et menace l'eau potable.

La Cour suprême du Pérou a indiqué par voie de communiqué que le juge Diaz avait décidé d'ordonner la détention de M. Mollohunca après avoir déterminé qu'il «était celui qui a demandé aux individus de pénétrer dans les installations du camp minier de la compagnie Xstrata Tintaya».

Le jugement a mis certains Péruviens en colère, incluant le représentant Ruben Coa, membre du parti du président Ollanta Humala.

Selon lui, il s'agit d'une exagération du judiciaire, et un mauvais pas de l'exécutif. Aux yeux de M. Coa, plus personne ne pourra désormais négocier avec l'autorité responsable de la région d'Espinar, puisque son maire a été emprisonné.

Le Pérou est le deuxième plus important producteur de cuivre du monde, et obtient plus de 60 pour cent de ses revenus d'exportation à l'aide de ses ressources minières.

PLUS:pc