NOUVELLES

Le "dépeceur" canadien accusé d'avoir harcelé le Premier ministre (presse)

02/06/2012 11:07 EDT | Actualisé 02/08/2012 05:12 EDT

Luka Rocco Magnotta, un ex-acteur porno recherché pour avoir tué et dépecé un étudiant chinois, est aussi suspecté de harcèlement contre le Premier ministre canadien Stephen Harper, selon un mandat d'arrêt publié samedi par la chaîne CBC.

Selon le document, que la chaîne de télévision publique canadienne affirme s'être procuré et dont elle reproduit un fac-similé sur son site internet, Magnotta est recherché, en plus du meurtre avec préméditation, pour des faits de harcèlement et d'intimidation envers Stephen Harper et des membres du parlement.

Le mandat n'indique pas si ces faits de harcèlement se rapportent aux colis reçus cette semaine aux sièges de partis politiques. Mardi, un pied humain et une main avaient été découverts dans des colis postaux, l'un au siège du Parti conservateur, au pouvoir à Ottawa, l'autre adressé au parti libéral, dans l'opposition.

Le mandat d'arrêt précise que Magnotta "a causé à Stephen Harper et à des membres du parlement une crainte pour leur sécurité et la sécurité de leurs proches", sans plus de détails.

Le mandat d'arrêt, lancé jeudi par la police de Montréal, comporte également les accusations d'outrage à cadavre, utilisation des services postaux pour livrer un objet obscène et diffusion d'images obscènes.

En France, la police effectue des "recherches ciblées" pour tenter de retrouver la trace de Luka Rocco Magnotta. Le Canadien de 29 ans aurait pris l'avion pour la France il y a une semaine, après le meurtre.

Selon la CBC, il a grandi à Scarborough, dans la banlieue de Toronto, sous le nom d'Eric Clinton Newman, puis à Linday, dans l'Ontario, une province qui abrite le gouvernement d'Ottawa et la résidence de Stephen Harper.

Sa victime est un étudiant chinois, Jun Lin, 32 ans, originaire de la ville de Wuhan, dans la province du Hubei (centre de la Chine), qui serait arrivé au Québec en juillet dernier pour y faire ses études à l'université anglophone de Concordia, selon la police de Montréal.

vs/eg/emp

PLUS:afp