NOUVELLES

La Ligue arabe demande à l'ONU d'agir en vue de protéger les Syriens

02/06/2012 03:01 EDT | Actualisé 01/08/2012 05:12 EDT

Le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a indiqué samedi avoir demandé à l'ONU, dans une lettre au Conseil de sécurité, d'agir pour assurer la protection du peuple syrien face à la sanglante répression de la révolte contre le président Bachar al-Assad.

"J'ai adressé une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU pour lui demander d'entreprendre toutes les dispositions nécessaires pour protéger le peuple syrien", a déclaré à l'AFP M. Arabi, peu avant l'ouverture d'une réunion ministérielle arabe chargée du suivi de la crise syrienne.

A la question de savoir s'il réclamait dans sa lettre une action militaire contre le régime du président Assad, il a répondu: "Je n'ai pas évoqué une intervention militaire".

Dans un entretien publié vendredi par le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat, M. Arabi avait estimé que la communauté internationale ne s'orientait pas vers une intervention militaire en Syrie.

"Actuellement, il n'y a aucune intention d'intervenir militairement" en Syrie, avait-il dit.

Face à l'escalade de la violence en Syrie, surtout après le massacre dans la région de Houla (centre) le 25 mai dans lequel 108 personnes dont 49 enfants ont péri, les craintes d'une guerre civile généralisée se sont multipliées.

Le chef démissionnaire du Conseil national syrien (CNS), Burhan Ghalioun, a dit s'attendre à ce que les pays arabes "haussent le ton" contre le régime de Damas qui n'a fait montre d'"aucune intention pour un règlement politique".

"Le régime continue de bombarder les villes et les quartiers. Il n'a pas retiré un seul char" des centres urbains, comme le lui ordonne le plan de sortie de crise de l'émissaire international pour la Syrie Kofi Annan, a-t-il ajouté à l'AFP.

M. Ghalioun a "souhaité la mise en place d'une force arabe de dissuasion" en Syrie, sans donner de précisions.

M. Annan, dont le plan de sortie de crise reste lettre morte, doit assister à la réunion du comité ministériel arabe.

Présidé par le Qatar, ce comité regroupe l'Arabie saoudite, Oman, l'Egypte, le Soudan, l'Algérie, l'Irak et le Koweït.

wak/tm/vl

PLUS:afp