Huffpost Canada Quebec qc

Trois personnes sur mille contraintes au travail forcé dans le monde

Publication: Mis à jour:
TRAVAIL FORCE BRESIL
Au Brésil, des manifestants protestent devant le Parlement alors que la chambre basse doit se prononcer sur un amendement constitutionnel pour punir les propriétaires terriens trouvés coupables d'utiliser des esclaves. (Crédit photo: Eraldo Peres) | Eraldo Peres

Près de 21 millions de personnes sont contraintes au travail forcé dans le monde, selon l'Organisation internationale du travail (OIT).

Les femmes et les filles représentent 55 % de ces personnes victimes d'un travail imposé par la contrainte ou la tromperie, et les hommes représentent 45 % d'entre elles. Près du quart ont moins de 18 ans.

Près de 19 millions de personnes sont exploitées dans l'économie privée, notamment dans le secteur agricole, la construction, le travail domestique ou manufacturier. Les autres sont exploitées dans le secteur public. Elles sont par exemple détenues en prison ou exercent des activités forcées dans l'armée.

De plus, 4,5 millions de personnes sont victimes d'exploitation sexuelle.

L'OIT dit aussi que 44 % des victimes sont des migrants. « Les déplacements transfrontières sont étroitement corrélés à l'exploitation sexuelle forcée », précise l'organisation.

En chiffres absolus, la région d'Asie-Pacifique est l'endroit qui compte le plus grand nombre de personnes contraintes au travail forcé dans le monde.

Victimes par région :

  • Asie : 11,7 millions (56 %)
  • Afrique : 3,7 millions (18 %)
  • Amérique latine et Caraïbe : 1,8 million de victimes (9 %)
  • Europe centrale, du Sud-Est et Communauté des États indépendants : 1,6 million de personnes (7 %)
  • Économies développées et Union européenne : 1,5 million (7 %)
  • Moyen-Orient : 600 000 (3 %)

Dans son dernier rapport sur le sujet publié en 2005, l'OIT évaluait à au moins 12,3 millions le nombre de personnes victimes de travail forcé dans le monde. L'organisation précise toutefois que les chiffres de 2005 et 2012 ne peuvent pas être comparés pour savoir si le travail forcé a augmenté ou diminué au cours de la période concernée, parce que ceux de 2012 sont plus fiables, grâce à une « nouvelle méthodologie statistique plus performante ».