Des centaines de personnes ont manifesté dans les rues du centre-ville de Québec, jeudi soir, quelques heures après que le gouvernement Charest ait annoncé la rupture des négociations avec les représentants des associations étudiantes au sujet des droits de scolarité.

Comme à l'habitude, les manifestants se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale en début de soirée. Ils ont entamé leur marche plus tôt qu'à leur habitude et sans procéder au vote habituel, à savoir s'ils souhaitaient divulguer leur itinéraire aux policiers.

La manifestation a été déclarée illégale dès son départ vers 21 h. Aucun trajet n'avait été fourni au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Vers 22 h, des bouteilles de bière ont éclaté dans les rues et des projectiles ont été lancés contre les agents du SPVQ.

Au moins une arrestation pour agression armée contre un policier a été rapportée sur la côte d'Abraham, à l'endroit où les manifestants se sont dispersés vers 23 h. Des témoins parlaient de leur côté de cinq à six arrestations.

Un caméraman de Radio-Canada a été bousculé par les policiers et un journaliste de la presse écrite a reçu un coup de matraque sur le bras gauche.

En plus des étudiants, des travailleurs ont aussi manifesté leur grogne envers l'échec des négociations. La députée péquiste Agnès Maltais s'est également mobilisée pour dénoncer l'attitude du gouvernement et a pris part au rassemblement devant l'Assemblée nationale.

Du côté de Montréal, plusieurs milliers de personnes ont manifesté, mais dans le calme. On rapporte trois arrestations.

La manifestation en images

Loading Slideshow...