NOUVELLES

Le TSX clôture en baisse, déçu des données publiées aux États-Unis et en Chine

01/06/2012 04:50 EDT | Actualisé 01/08/2012 05:12 EDT

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé la séance de vendredi sur une baisse marquée, déçue par la faible création d'emplois aux États-Unis et par des données signalant un nouveau ralentissement de l'économie chinoise.

L'indice composé S&P/TSX a chuté de 152,01 points pour terminer à 11 361,2 points. Ces pertes auraient été bien plus importante si ce n'avait été d'un bond de près de sept pour cent dans le secteur aurifère.

Sur l'ensemble de la semaine, le TSX a chuté de 1,86 pour cent, ce qui lui permet d'afficher une baisse de cinq pour cent depuis le début de l'année.

La Bourse de croissance TSXV a avancé vendredi de 1,86 point à 1291,59 points.

Le département américain du Travail a indiqué vendredi que l'économie américaine n'avait créé que 69 000 emplois le mois dernier, ce qui est largement inférieur aux attentes des analystes, qui misaient sur 158 000 nouveaux emplois. Le taux de chômage a grimpé de 0,1 point de pourcentage à 8,2 pour cent.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,6 cent US à 96,21 cents US après que Statistique Canada eut indiqué que la croissance économique du premier trimestre s'était établie à 1,9 pour cent, ce qui s'est avéré conforme aux attentes des économistes.

Les données sur l'économie canadienne ont cependant montré un ralentissement plus prononcé vers la fin du trimestre, la croissance pour le mois de mars s'étant établie à 0,1 pour cent, plutôt qu'à 0,3 pour cent, comme le prévoyaient les analystes.

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a dégringolé de 274,88 points à 12 118,57 points, ce qui efface tous les gains qu'elle avait fait depuis le début 2012. L'indice composé du Nasdaq a reculé de 79,86 points à 2747,48 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a glissé de 32,29 points à 1278,04 points.

Les marchés s'attendaient à une séance difficile avant même la publication des données sur l'emploi aux États-Unis, puisque l'indice des gestionnaires en approvisionnement de la Chine a chuté de près de trois points de pourcentage en mai pour se retrouver juste au-dessus de la barre des 50 points qui signale une croissance.

À Toronto, le secteur de l'énergie a affiché les plus importantes pertes, avec un déclin de 3,26 pour cent. Le cours du baril de pétrole brut a plongé de 3,30 $ US pour terminer la journée à 83,23 $ US à la Bourse des matières premières de New York, ce qui vient s'ajouter à son recul de 17 pour cent du mois de mai.

L'action de Suncor Énergie (TSX:SU) a reculé de 56 cents à 27,47 $, tandis que celle de Canadian Natural Resources (TSX:CNQ) a rendu 1,10 $ à 28,56 $.

Le secteur de la finance a aussi effacé 2,84 pour cent, tiré vers le bas par le titre de la Banque TD (TSX:TD), qui a perdu 2,19 $ à 76,88 $, et par celui de la Banque CIBC (TSX:CM), qui a rendu 1,62 $ à 70,45 $.

Le secteur des métaux de base a cédé 1,45 pour cent, le cours du cuivre ayant abandonné 5 cents US à 3,31 $ US la livre après avoir diminué de 12,43 pour cent en mai. Le cuivre est généralement perçu comme un baromètre économique en soi parce que son utilisation est répandue à un très large éventail d'industries. La Chine est aussi le plus grand acheteur de cuivre.

L'action de Lundin Mining (TSX:LUN) a perdu 6 cents à 4 $, tandis que celle de First Quantum Minerals (TSX:FM) a laissé 34 cents à 17,75 $.

Le secteur aurifère a grimpé, le cours du lingot d'or ayant notamment bondi de 57,90 $ US à 1622,10 $ US l'once à New York. Le titre de Goldcorp (TSX:G) a avancé de 3,23 $ à 40,93 $ tandis que celui de Barrick Gold (TSX:ABX) s'est amélioré de 3,06 $ à 43,65 $.

PLUS:pc