NOUVELLES

Le chef du NPD rejette les accusations d'antisémitisme du B'nai Brith

01/06/2012 06:04 EDT | Actualisé 01/08/2012 05:12 EDT

SASKATOON - Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a rejeté vendredi les accusations du B'nai Brith selon lesquelles il existerait un état d'esprit anti-Israël au sein de son caucus.

Le groupe, un organisme juif de défense des droits de la personne, a fait part jeudi, par voie de communiqué, de ses inquiétudes quant à ce qu'il qualifie de propagande anti-Israël au sein du Nouveau Parti démocratique (NPD).

Le B'nai Brith a ainsi tancé la chef adjointe Megan Leslie pour avoir «délibérément fait la promotion de plusieurs événements anti-Israël sur son site Internet», y compris la Semaine de l'apartheid israélien de Halifax. Selon l'organisation, cet événement fait la promotion de la haine et de l'intolérance sur les campus universitaires, et le groupe a critiqué Mme Leslie pour avoir fait référence à «l'occupation illégale» des Palestiniens.

Le PDG du B'nai Brith, Frank Dimant, a par ailleurs invité M. Mulcair à écraser toute volonté anti-Israël au sein de son caucus.

Selon le chef néo-démocrate, toutefois, l'appui du NPD à une solution à deux États pour les Israéliens et les Palestiniens ne signifie pas que le parti soit anti-Israël. Il n'a pas indiqué s'il demanderait à ses députés de modifier leur comportement.

M. Mulcair dit être très près de la communauté juive canadienne, et a pris, à plusieurs reprises, position en faveur d'Israël, un état de fait que M. Dimant a admis dans sa déclaration.

PLUS:pc