NOUVELLES

Le chef du Hezbollah appelle à libérer les chiites libanais enlevés en Syrie

01/06/2012 02:20 EDT | Actualisé 01/08/2012 05:12 EDT

Le chef du puissant mouvement chiite libanais du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé de nouveau vendredi à la libération d'un groupe de Libanais chiites enlevés le 22 mai en Syrie et dont le rapt a été revendiqué par un groupe obscur.

"Ces pèlerins doivent rentrer chez eux", a-t-il affirmé à l'occasion d'une cérémonie marquant l'anniversaire de la mort de l'ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique d'Iran qui est le principal parrain du Hezbollah.

Le groupe "Révolutionnaires de Syrie-Province d'Alep" a affirmé jeudi détenir le groupe de Libanais enlevés à leur retour d'un pèlerinage chiite, dans un communiqué diffusé par la chaîne arabe Al-Jazeera. Le groupe a exigé que Hassan Nasrallah présente ses excuses pour son soutien au régime de Damas qui réprime dans le sang la révolte en Syrie.

"Si c'est avec moi que vous avez un problème, il y a plusieurs moyens de résoudre cela (...) nous pouvons régler ça par la guerre ou la paix, comme vous le voulez", a rétorqué le chef du Hezbollah à l'adresse des ravisseurs présumés.

"Si vous avez un problème avec le Hezbollah ou toute autre partie politique en raison de leur position à l'égard des évènements en Syrie, ne mêlez pas cela au dossier de ces innocents et réglez votre problème avec nous", a-t-il indiqué, sans faire allusion aux excuses demandées.

"Les Libanais kidnappés sont accueillis chez nous et se trouvent en bonne santé. Les négociations pour leur libération seront possibles quand Nasrallah se sera excusé pour son dernier discours", avait affirmé le groupe, qui ne s'était jusque là pas manifesté.

Le groupe formé d'une dizaine de Libanais avait été enlevé dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, alors qu'ils rentraient en bus dans leur pays après un pèlerinage en Iran.

rd-ram/cnp/tp

PLUS:afp