NOUVELLES

La CPI affirme que la Libye peut garder Saïf Kadhafi, du moins pour l'instant

01/06/2012 03:39 EDT | Actualisé 01/08/2012 05:12 EDT

LA HAYE, Pays-Bas - Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont affirmé vendredi que la Libye n'avait pas à livrer le fils de l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi pour l'instant.

Cette décision met fin à la pression qui pèse depuis des mois sur les autorités libyennes pour qu'elles rendent Saïf al-Islam Kadhafi. La CPI veut le traduire en justice pour de présumés crimes contre l'humanité qui auraient été commis alors que le régime de son père tentait d'écraser l'insurrection l'an dernier.

Il a été arrêté en novembre dans le sud de la Libye et est détenu par une milice qui refuse de le remettre aux nouveaux dirigeants du pays.

Les autorités libyennes disent vouloir juger Saïf al-Islam Kadhafi en Libye. La CPI est un tribunal de dernier recours dont la mission est de traduire en procès des suspects issus de pays qui ne peuvent pas ou ne veulent pas le faire.

En février 2011, le Conseil de sécurité des Nations unies avait demandé à la CPI d'ouvrir une enquête en Libye.

Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a déposé des accusations contre Saïf al-Islam Kadhafi, son père et le directeur du renseignement du régime, Abdullah al-Senoussi. Ce dernier est toujours détenu en Mauritanie, où il a été épinglé en mars.

Le dossier de Mouammar Kadhafi a été fermé après qu'il eut été capturé et tué par des rebelles en octobre dernier.

PLUS:pc