NOUVELLES

Wall Street ouvre en baisse après une révision à la baisse du PIB américain

31/05/2012 10:19 EDT | Actualisé 31/07/2012 05:12 EDT

Wall Street évoluait en baisse jeudi après l'ouverture, incapable de profiter d'une actualité plus calme sur le front de la crise de la dette en Europe, notamment en raison d'une en baisse du PIB aux Etats-Unis: le Dow Jones perdait 0,38% et le Nasdaq 0,82%.

Vers 14H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average perdait 47,04 points à 12.372,82 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 23,17 points à 2.814,19 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 reculait de 0,67% (8,77 points) à 1.304,55 points.

La Bourse de New York avait fini en baisse mercredi, paralysée par les inconnues toujours plus grandes entourant la situation bancaire de l'Espagne, les marchés étant par ailleurs déçus par un indicateur immobilier aux Etats-Unis: le Dow Jones a cédé 1,28%, à 12.419,86 points, et le Nasdaq 1,17%, à 2.837,36 points.

"Il devient difficile chaque jour de déterminer si les développements en Europe sont importants ou non", a relevé Dick Green, du site d'analyse financière Briefing.com.

L'appel adressé aux dirigeants par le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, "peut être vu comme légèrement positif", a estimé le stratège.

Le patron de la BCE a en effet demandé jeudi à Bruxelles que soit "clarifié" l'avenir de la monnaie unique, estimant que la situation actuelle de la zone euro "pourrait s'avérer difficilement tenable si de nouvelles étapes (dans l'intégration) ne sont pas franchies".

Aux Etats-Unis, les indicateurs du jour étaient décevants. Les nouvelles inscriptions au chômage sont remontées aux Etats-Unis, alors que le marché attendait une baisse. Cela était vu comme de mauvaise augure avant le relevé mensuel sur l'emploi, vendredi.

La croissance économique du pays a en outre ralenti plus qu'on le pensait jusque-là au premier trimestre, selon la deuxième estimation du PIB américain du premier trimestre publiée jeudi à Washington.

Dans ce contexte, il y a peu de chances de voir "un nouveau mouvement d'intérêt à l'achat sur les marchés américains", a fait remarquer Frederick Dickson, de DA Davidson.

Le marché obligataire a poursuivait sa nette hausse, illustrant les craintes des investisseurs. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans chutait à 1,5800% contre 1,625% mercredi, et celui à 30 ans à 2,649% contre 2,718%.

sab/sl/gde

PLUS:afp