NOUVELLES

USA: projet de loi républicain contre les avortements sélectifs

31/05/2012 12:18 EDT | Actualisé 31/07/2012 05:12 EDT

Des élus républicains ont décidé de s'attaquer à ce qu'ils qualifient de "guerre contre les femmes" en présentant jeudi au vote de la Chambre des représentants une loi interdisant l'avortement sur la base de la sélection du sexe, ont-ils expliqué devant la presse.

Selon le représentant Trent Franks de l'Arizona (sud-ouest), qui présente le projet de loi Pour la non-discrimination prénatale (PRENDA, The Prenatal Nondiscrimination Act), une sélection par le sexe de l'enfant à naître "a provoqué dans le monde la disparition de 200 millions de petites filles".

"C'est une tragédie", a indiqué le représentant devant la presse, quelques heures avant le vote d'un projet de loi fédérale proposant une peine allant jusqu'à cinq ans de prison et des amendes contre toute personne, dont les médecins, incitant ou effectuant un avortement sélectif.

Quatre Etats se sont dotés d'une législation de ce type (Illinois, Pennsylvanie, Oklahoma, Arizona).

"Pour beaucoup, entendre +c'est une fille+ est une joie énorme. Mais dans de nombreux pays, y compris le nôtre, cela peut s'apparenter à une condamnation à mort", a ajouté Christopher Smith, du New Jersey (nord-est), en parlant de "guerre contre les femmes".

Les élus ou représentants d'organisations présents n'ont pu donner de chiffres d'avortements basés, selon eux, sur une sélection du sexe, "mais nous savons que c'est un problème dans le monde entier, ici, et c'est pourquoi nous voulons mettre fin à cette violation des droits des femmes", a ajouté M. Smith.

Lors d'une conférence de presse séparée, le président républicain de la Chambre des représentants John Boehner a affirmé que "le sujet était important pour les Américains. La plupart des Américains pensent que ce genre de sélection est repoussant".

La proposition de loi est soutenue par le "Droit à la Vie" (The National Right to Life Committee), plus importante organisation américaine anti-avortement selon qui la sélection par le sexe "augmente aux Etats-Unis, notamment dans la communauté des immigrés asiatiques", en citant l'économiste Nicholas Eberstadt, de l'American Enterprise Institute.

Les élus s'appuyent également sur une vidéo diffusée par l'association Live Action (Action Vie) montrant en caméra cachée les conseils donnés dans une clinique pour avorter d'une fille et sur un sondage affirmant que "80% des femmes" sont contre ce type de discrimination.

Ils se sont également attaqués au président Barack Obama qui selon eux "refuse de protéger les petites filles".

Dans une déclaration à la chaîne ABC, le service de presse de la Maison Blanche avait indiqué mercredi soir que l'administration Obama "s'opposait à toute discrimination par le sexe, sous toutes ses formes" sans soutenir ce projet de loi, le gouvernement ne devant pas "s'immiscer dans des décisions médicales ou des affaires privées".

Le projet est présenté par des élus connus pour leur combat contre l'avortement.

Lors d'un débat mercredi, des élus démocrates l'avaient qualifié "d'attaque insidieuse" contre la loi fédérale autorisant l'avortement.

Pour Planned Parenthood, important réseau de cliniques pratiquant l'avortement, le projet "a pour but de limiter l'accès des femmes aux choix concernant leur fertilité (...) et prend pour cible des communautés qu'il affirme aider".

NARAL, une des plus grandes associations en faveur du droit à l'avortement, a estimé que "les hommes politiques antiavortement exploitent le problème, très réel, de la discrimination par le sexe pour lancer une attaque sournoise contre le droit des femmes à choisir. C'est cynique et écoeurant".

ff/gde

PLUS:afp