NOUVELLES

USA: John Edwards sort libre de son procès pour détournement de fonds

31/05/2012 07:28 EDT | Actualisé 31/07/2012 05:12 EDT

L'ancien espoir du parti démocrate américain John Edwards est sorti jeudi libre de son procès pour détournement de fonds au profit de sa maîtresse, le jury l'ayant déclaré non coupable d'un chef d'accusation, les cinq autres étant annulés.

M. Edwards, qui fut colistier du candidat démocrate à la Maison Blanche John Kerry en 2004, puis lui-même candidat à la primaire démocrate de 2008, était passible de 30 ans de prison et d'une amende de 1,5 million de dollars.

Le procès, qui s'est déroulé à Greensboro (Caroline du Nord, sud-est), portait sur l'utilisation de près d'un million de dollars provenant de deux riches donateurs. M. Edwards, âgé de 58 ans, était accusé d'avoir employé cette somme pour loger sa maîtresse Rielle Hunter, vidéaste et membre de son équipe de campagne, avec qui il a eu un enfant, et ainsi camoufler leur liaison.

L'argent provenait d'un riche avocat texan, Fred Baron, mort en 2008, et de Rachel Mellon, aujourd'hui 101 ans, veuve du banquier Paul Mellon.

Après une dizaine de jours de délibérations, les jurés ont déclaré jeudi M. Edwards "non coupable" d'un chef d'accusation, mais ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur les autres, poussant la juge Catherine Eagles à les annuler pour vice de procédure.

Après l'énoncé de la décision, M. Edwards a admis qu'il n'aurait jamais dû cacher l'existence de sa maîtresse alors qu'il briguait l'investiture du parti démocrate en 2008, mais répété qu'il n'avait rien fait de répréhensible.

"Je ne pense pas avoir fait quoi que ce soit d'illégal", a-t-il déclaré sur les marches du palais de justice.

"Mais j'ai mal agi, terriblement mal agi, et il n'y pas personne d'autre responsable pour mes péchés", a ajouté l'ancien sénateur de Caroline du Nord devant des dizaines de journalistes.

M. Edwards avait plaidé non coupable de chacun des six chefs d'accusation --dont complot en vue de violer les lois de financement des campagnes, malversations et fausses déclarations-- qui pesaient à son encontre.

Lors du procès, son avocat, Abbe Lowell, avait admis que "John était un mauvais mari, mais il est totalement exclu qu'il ait voulu enfreindre la loi ou qu'il l'ait effectivement enfreinte". A l'inverse, le procureur Robert Higdon avait assuré dans son réquisitoire que les fonds avaient servi "à soutenir les ambitions politiques de John Edwards".

Lors de sa déclaration devant la presse, John Edwards, ému et retenant ses larmes, a aussi reconnu publiquement Frances Quinn, la fillette de quatre ans qu'il a eue avec sa maîtresse, et dont il avait un temps nié être le père.

"Ma chère Quinn, je l'aime plus que tout ce que vous pourrez jamais imaginer", a-t-il dit, laissant passer plusieurs secondes avant d'ajouter: "Je ne crois pas que Dieu en ait fini avec moi. J'ai la ferme conviction qu'il pense que je peux encore faire des bonnes choses".

"Et quoiqu'il arrive par la suite au niveau judiciaire, j'espère que je pourrais aider tous les enfants que j'ai vus dans les endroits les plus déshéritées de ce pays, et du monde", a assuré John Edwards. "Et je veux consacrer ma vie à être le meilleur père que je puisse être".

str/ag/eg

PLUS:afp