NOUVELLES

Un journaliste soudanais acquitté après avoir critiqué le président

31/05/2012 08:21 EDT | Actualisé 31/07/2012 05:12 EDT

Un tribunal soudanais a acquitté jeudi Faisal Mohammed Salih, un éditorialiste politique qui avait qualifié d'inappropriés des propos du président Omar el-Béchir sur le Soudan du Sud, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le journaliste avait récemment expliqué à l'AFP qu'après ses propos critiques contre le président, il avait été détenu de façon illégale par des agents de la sûreté de l'Etat pendant près de deux semaines avant d'être poursuivi pour une infraction mineure.

"L'accusé s'est rendu au bureau des services de sécurité 12 jours de suite et ils ne lui ont donné ni eau ni nourriture", a indiqué le juge.

Les officiers "ont mis en danger sa vie, et à cause de cela je le déclare non coupable", a-t-il ajouté.

"C'est un grand jour", a réagi M. Salih après l'annonce du verdict. "Je savais que les accusations ne tenaient pas la route", a-t-il dit au téléphone à l'AFP.

Mi-avril, alors que les tensions montaient entre Khartoum et Juba, le président Béchir avait qualifié le gouvernement du Soudan du Sud d'"insecte" à éliminer.

La chaîne satellitaire arabe Al-Jazeera avait alors demandé un commentaire à M. Salih. "Ce que j'ai dit, c'est que (...) les dirigeants devraient faire preuve de sagesse dans leurs propos (...) et ne pas être emportés par leurs émotions et dire n'importe quoi", a-t-il indiqué à l'AFP.

Pour des journalistes et défenseurs de la liberté de la presse, le cas de M. Salih est symptomatique d'un tour de vis sur les médias depuis l'indépendance du Sud en juillet et les tensions qui ont suivi entre Juba et Khartoum à la frontière.

M. Salih doit de nouveau comparaître devant la justice le 11 juin. Il est poursuivi cette fois pour "diffamation" pour un éditorial écrit l'année dernière dans lequel il appelait à une "enquête sérieuse" après les affirmations d'une militante disant avoir été violée en détention.

str-it/vl/sbh

PLUS:afp