NOUVELLES

Syrie: Obama "horrifié" mais autres critères pris aussi en compte (Maison Blanche)

31/05/2012 12:52 EDT | Actualisé 31/07/2012 05:12 EDT

La Maison Blanche a affirmé jeudi que Barack Obama était "horrifié" par les violences en Syrie mais que plusieurs autres éléments entraient en ligne de compte pour définir la réaction des Etats-Unis, qui ne peuvent pas "mettre fin à toutes les horreurs dans le monde".

Interrogé sur la réaction du président américain aux violences perpétrées contre les Syriens, en particulier des enfants, son porte-parole Jay Carney a affirmé qu'elles "renforcent sa résolution de faire tout ce qui est dans le pouvoir des Etats-Unis (...) pour essayer de faire changer cette dynamique".

"Il est horrifié, comme tous ceux qui sont témoins de ce qui se produit en Syrie, ou regardent les informations" en provenance de ce pays, a assuré M. Carney lors de son point de presse quotidien.

"Le président est parfaitement au courant de cela. Et quand il prend des décisions, il prend évidemment en compte ce genre de souffrances. Il doit prendre des décisions avec tous les éléments à l'esprit, en commençant par les intérêts de sécurité nationale des Etats-Unis", a ajouté le porte-parole.

"Aussi puissants que soient les Etats-Unis, nous ne pouvons pas mettre fin à toutes les horreurs dans le monde. Il nous faut oeuvrer avec nos partenaires et nos alliés afin d'entreprendre le genre d'actions qui peuvent réduire ces comportements atterrants dans différentes parties du monde", a encore dit M. Carney.

"Il faut être très concentré sur le processus de décision et ce que les Etats-Unis font pour obtenir le résultat désiré et faire en sorte de ne pas créer des conséquences néfastes pour les Etats-Unis, et dans certains cas, pour les gens que vous essayez d'aider", selon lui.

tq/gde

PLUS:afp