Huffpost Canada Quebec qc

Sables bitumineux: Thomas Mulcair a des opinions valables, selon la mairesse

Publication: Mis à jour:
MULCAIR OILSANDS TRIP ALBERTA
CP

FORT MCMURRAY, Alta. - La visite du chef néo-démocrate Thomas Mulcair au pays des sables bitumineux de l'Alberta lui a montré combien cette industrie est gigantesque, et à quel point il est important d'en gérer correctement le développement.

De retour d'une visite à Fort McMurray, jeudi, M. Mulcair a déclaré qu'il n'en avait pas contre les exploitants des sables bitumineux ou la province, mais plutôt contre le gouvernement fédéral.

«Le gouvernement fédéral échoue à faire respecter les lois existantes et, présentement, cela commence à causer des problèmes dans les écosystèmes en question», dit-il. Selon lui, cela signifie que les entreprises réalisent d'importants profits parce qu'elles ne doivent pas payer pour nettoyer le sol, l'air et l'eau qu'elles polluent.

Le chef du Nouveau Parti démocratique a cependant évité de prononcer les mots «syndrome hollandais», mais il a réitéré que cette industrie faisait artificiellement gonfler la valeur du dollar canadien, nuisant ainsi à tous les secteurs de l'économie, et pas seulement l'industrie manufacturière.

«Nous croyons que ces ressources peuvent et doivent être exploitées sur une base durable», a déclaré M. Mulcair.

Le chef néo-démocrate a subi des critiques virulentes de la part du gouvernement fédéral et des premiers ministres de l'Ouest, incluant Alison Redford, de l'Alberta, qui estiment que sa position sur les sables bitumineux divise les Canadiens.

Plus tôt jeudi, la mairesse de Fort McMurray a admis que M. Mulcair avait des opinions valables sur l'industrie pétrolière. Melissa Blake a ainsi déclaré qu'elle n'était pas complètement en désaccord avec les inquiétudes du chef de l'opposition officielle à propos du développement durable dans cette industrie.

Elle a ajouté qu'il avait des «arguments valables», mais aussi d'autres points de vue avec lesquels elle n'était pas d'accord. Mais elle salue le fait que le néo-démocrate se soit rendu dans la région, ainsi que le temps qu'il y a passé. «Je respecte quiconque prend le temps de venir dans la région et de vouloir mieux comprendre ce qui se passe dans l'industrie.»

La visite de M. Mulcair a pu être importante sur la scène politique, mais rien n'y paraissait à Fort McMurray. Personne ne l'a arrêté ou a tenté de lui parler alors qu'il se rendait à l'Hôtel de Ville pour sa rencontre avec la mairesse Blake.

La ville du nord de l'Alberta est la porte d'entrée pour les visiteurs désirant observer les sables bitumineux de très près, qu'il s'agisse de politiciens haut placés de partout dans le monde, ou de vedettes hollywoodiennes.

Le chef néo-démocrate albertain Brian Mason a dit espérer que la visite de M. Mulcair ne serait pas la dernière. «J'espère qu'il reviendra en Alberta, qu'il rencontrera plus d'Albertains, plus de chefs d'entreprises, plus de chefs syndicaux et la communauté environnementale.»

Sur le web