NOUVELLES

Le pétrole finit en baisse à New York après une hausse des stocks de brut

31/05/2012 03:08 EDT | Actualisé 31/07/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont poursuivi leur mouvement baissier jeudi à New York, finissant à un niveau plus atteint depuis le 20 octobre.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en juillet a perdu 1,29 dollar par rapport à la clôture de mercredi, à 86,53 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Cette baisse fait suite à une nouvelle hausse spectaculaire des inventaires de brut aux Etats-Unis, premier consommateur d'or noir de la planète.

Le département américain de l'Energie (DoE) a fait état d'une hausse des réserves de brut lors de la semaine achevée le 25 mai de 2,2 millions de barils, vingt fois plus importante qu'attendu par les analystes.

Ces stocks sont à leur plus haut niveau depuis fin juillet 1990, juste avant l'invasion du Koweït par l'Irak qui allait déclencher la Guerre du Golfe et provoquer une chute de la production puis des stocks. Un signe peu encourageant sur la demande énergétique du pays.

Les stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) ont quant à eux reculé de 1,7 million de barils, et les stocks d'essence de 800.000 barils, des replis plus prononcés qu'attendu.

Mais pour Phil Flynn, analyste chez Price Futures Group, le contenu du rapport n'est pas "pas surprenant" étant donné que la demande est faible depuis plusieurs semaines. "Je ne sais pas s'il était si baissier que ça ou si c'est plus que le marché s'inquiète pour l'économie mondiale", a-t-il avancé.

"Le marché a été déçu par les statistiques économiques" publiées aux Etats-Unis, a-t-il estimé.

La croissance économique des Etats-Unis a ralenti plus qu'on le pensait jusque-là au premier trimestre, selon la deuxième estimation du PIB américain d'hiver publiée jeudi à Washington.

Par rapport au trimestre précédent, le produit intérieur brut du pays a augmenté de 1,9% en rythme annualisé de janvier à mars après avoir progressé de 3,0% pendant les trois mois d'automne, a indiqué le département du Commerce.

"Les données économiques semblent déterminées à contrecarrer toute tentative de relance à la hausse des cours", a déploré Matt Smith, de Summit Energy.

Ces chiffres interviennent à la veille du rapport mensuel sur l'emploi américain, considéré comme un baromètre de la situation économique du pays.

sab/sl/eg

PLUS:afp