NOUVELLES

Le nombre de réfugiés va encore augmenter ces dix prochaines années (HCR)

31/05/2012 05:07 EDT | Actualisé 31/07/2012 05:12 EDT

Le nombre global de réfugiés et de déplacés dans leur propre pays -- 43 millions actuellement -- va encore augmenter ces dix prochaines années, a averti jeudi le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) dans un nouveau rapport sur "L'état des réfugiés dans le monde" pour la période de 2006 à 2011.

"Le monde crée plus vite de nouveaux déplacements que des solutions", a déclaré le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés, Antonio Guterres, cité dans un communiqué.

"Nous assistons à une multiplication de nouveaux conflits qui sont imprévisibles" et qui provoquent des déplacements de population, a-t-il souligné lors d'une conférence de presse à New York pour présenter le rapport, citant les exemples récents de la Syrie, du Soudan et du Soudan du Sud, ainsi que du Mali.

L'an dernier, le HCR a enregistré "le plus grand nombre de nouveaux réfugiés depuis une décennie", a-t-il noté en déplorant l'incapacité de la communauté internationale à prévenir ce phénomène.

Rappelant que 80% des réfugiés vivent dans des pays en dévelopement, il a appelé à une "meilleure répartition du fardeau".

Dans le rapport, le HCR explique que cette augmentation du nombre de réfugiés est due à une combinaison de multiples facteurs, dont le changement climatique, la croissance démographique, l'urbanisation, l'insécurité alimentaire ou encore la rareté de l'eau, qui accroissent l'instabilité et les conflits dans le monde.

Le HCR met par ailleurs en avant l'augmentation du nombre de personnes déplacées dans leur propre pays (26 millions), qui sont désormais une majorité à fuir leur maison.

Dans des pays comme la Somalie, l'Afghanistan, le Yémen et l'Irak, venir en aide aux populations déplacées est difficile en raison de la criminalité, relève aussi le rapport.

De façon générale, souligne M. Guterres, il y a un "rétrécissement de l'espace humanitaire" dans le monde.

Ce phénomène s'explique par la multiplication d'acteurs qui ont des motifs politiques mais aussi criminels comme en Irak, a expliqué le directeur de la Division de la Protection internationale du HCR, Volker Türk, au cours d'une conférence de presse à Genève.

M. Türk a ainsi souligné l'apparition de situations plus "chaotiques et confuses", avec de "nouveaux acteurs" qui ne respectent pas forcémment les "principes humanitaires", dont celui de la neutralité.

apo/mnb/ai/avz/lor

PLUS:afp