NOUVELLES

Irak/enchères pétrolières: 2 blocs attribués à Lukoil et Pakistan Petroleum

31/05/2012 03:23 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

Les groupes Lukoil et Pakistan Petroleum ont remporté chacun un bloc lors du deuxième et dernier jour d'enchères pour l'attribution par l'Irak de 12 contrats d'exploration gazière et pétrolière, selon des journalistes de l'AFP.

Le groupe pakistanais Pakistan Petroleum a remporté le bloc 8, un territoire de 6.000 km2 situé dans les provinces de Diyala et Wassit (centre) et qui pourrait receler du gaz naturel. Son offre, qui prévoit une rémunération de 5,38 dollars par baril d'équivalent pétrole, a été préférée à celle du consortium Japex-Itochu.

Un consortium mené par le groupe russe Lukoil a pour sa part emporté le bloc 10, territoire de 5.500 km2 dans les provinces de Mouthanna et Zi Qar, et qui pourrait contenir du pétrole. Le consortium est composé de Lukoil (60%) et Inpex Corp (40%) et a proposé une rémunération de 5,99 dollars par baril d'équivalent pétrole.

Il était opposé à deux autres consortiums, PetroVietnam-Bashneft-Premier Oil et Kuwait Energy-Dragon Oil.

Cette deuxième journée d'enchères démarre ainsi sous de meilleures auspices que celle de la veille, où seul un bloc sur les six offerts avait été attribué et nombre d'entre eux n'avaient suscité aucune offre.

Il s'agit du quatrième round d'enchères de ce type depuis 2009 et 47 compagnies étrangères avaient été pré-sélectionnées pour participer à l'attribution des douze sites, sept pour le gaz et cinq pour le pétrole. Mais les précédentes enchères concernaient des gisements déjà existant et non des blocs d'exploration.

Au total, huit blocs seront proposés jeudi, dont deux qui n'avaient pas trouvé preneur la veille.

Comme lors des précédentes enchères, les groupes retenus doivent accepter d'être rémunérés sur une base fixe et non sur la base de contrats de partage de production, qui ont la préférence des grands groupes énergétiques.

La question du pétrole est centrale en Irak, qui compte principalement sur cette manne pour financer sa reconstruction après des décennies de guerre et de sanctions.

bur-ahe/hj

PLUS:afp