Huffpost Canada Quebec qc

Le Groupe CGI, de Montréal, dépose une offre pour acquérir Logica au Royaume-Uni

Publication: Mis à jour:
CGI LOGICA
Le PDG et fondateur de CGI Serge Godin et son président exécutif, Michael Roach (PC/Ryan Remiorz) | PC

MONTRÉAL - Le Groupe CGI (TSX:GIB.A) s'apprête à devenir le sixième plus important fournisseur de services informatiques au monde avec l'acquisition de la firme britanno-néerlandaise Logica pour 1,7 milliard de livres, soit 2,8 milliards $.

La transaction, entérinée par le conseil d'administration de Logica et certains de ses plus importants actionnaires, permettra à l'entreprise montréalaise d'accroître grandement sa présence en Europe, d'où elle ne tire actuellement que cinq pour cent de ses revenus.

L'acquisition de Logica permettra à CGI de doubler sa taille. En fait, l'entreprise européenne est plus importante que CGI: elle compte 41 000 employés et a enregistré des revenus de 3,9 milliards de livres (6,2 milliards $) l'an dernier, alors que la multinationale montréalaise a des effectifs de 31 000 personnes et un chiffre d'affaires de 4,3 milliards $. La rentabilité de Logica est toutefois moindre que celle de CGI.

«Cette annonce correspond à notre stratégie de croissance rentable. De plus, nous sommes persuadés qu'une consolidation mondiale de notre industrie est à la fois nécessaire et inévitable», a déclaré jeudi le président et chef de la direction de CGI, Michael Roach.

«Nous croyons que Logica s'avère la bonne acquisition, à la juste valeur et au bon moment, pour devenir une des rares entreprises indépendantes de services conseils de classe mondiale à offrir une gamme complète de services en technologies de l'information (TI)», a ajouté M. Roach.

Le dirigeant a minimisé les risques découlant de l'incertitude économique qui secoue l'Europe, notant que les activités de Logica sont concentrées au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et dans les pays scandinaves, qui sont moins touchés par la crise que le sud du continent. De plus, l'Europe représente 30 pour cent du marché mondial des TI.

La transaction sera financée par un investissement d'un milliard de dollars de la Caisse de dépôt et placement du Québec dans le capital-actions de CGI (au moyen de bons de souscription), par des prêts à terme consentis par trois banques canadiennes, dont la Banque Nationale (TSX:NA), et par une ponction de 650 millions $ dans la facilité de crédit existante de l'entreprise.

«Cet investissement correspond en tous points à notre stratégie qui vise à favoriser la croissance internationale des entreprises québécoises tout en générant des rendements attrayants à long terme pour nos déposants», a commenté le grand patron de la Caisse de dépôt, Michael Sabia.

Le prix offert par CGI, 105 pence par action, représente une prime de 59,8 pour cent par rapport au cours de clôture de l'action de Logica mercredi, mais il est inférieur au cours enregistré il y a moins d'un an. Le prix équivaut à 6,6 fois le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) de Logica en 2011, un ratio relativement faible.

CGI prendra également en charge la dette nette de Logica, évaluée à 322 millions de livres ou 515 millions $.

Les investisseurs ont bien accueilli l'annonce: l'action de CGI a bondi de 14 pour cent pour clôturer à 23,95 $, à la Bourse de Toronto. Pas moins de 6,7 millions d'actions ont changé de mains. À la Bourse de Londres, le titre de Logica a terminé la séance à 110,86 pence, ce qui laisse deviner que les actionnaires espèrent une bonification de l'offre.

CGI prévoit que la transaction générera des économies d'intégration d'environ 125 millions de livres (200 millions $) d'ici trois ans, moyennant des dépenses non récurrentes de 165 millions de livres (265 millions $) réparties sur la même période.

L'entreprise soutient qu'une fois conclue, la transaction fera augmenter son bénéfice par action de 25 à 30 pour cent en excluant les coûts d'intégration et que ce taux croîtra avec les années.

«Nous voyons cette transaction d'un bon oeil et notons que CGI a une longue feuille de route pour ce qui est de réaliser des acquisitions réussies et rentables», a écrit l'analyste Maher Yaghi, de Valeurs mobilières Desjardins, dans une note.

«Même si dans plusieurs cas ces transactions mettent un certain temps à se traduire par une hausse du potentiel de profits, (l'acquisition de Logica) semble apporter une contribution immédiate au bénéfice», a ajouté M. Yaghi.

CGI prévoit que la transaction pourra être complétée d'ici la fin de septembre 2012.

Notons que l'an dernier, Logica a annoncé son intention de licencier 1300 employés en raison d'une baisse de la rentabilité.

La précédente acquisition d'importance de CGI remonte à 2010, alors que l'entreprise avait mis la main sur l'américaine Stanley pour 1,1 milliard $.

Les plus grands joueurs de l'industrie mondiale des TI sont IBM, Accenture, Cap Gemini, Tata Consultancy et Infosys.