NOUVELLES

Forum sino-arabe en Tunisie: Pékin appelé à faire pression sur Damas

31/05/2012 09:53 EDT | Actualisé 31/07/2012 05:12 EDT

Le président tunisien Moncef Marzouki et des représentants des pays arabes réunis à Hammamet (est de la Tunisie) pour le 5e forum sino-arabe ont exhorté la Chine à "faire pression" sur le régime de Damas "pour arrêter la violence et les massacres".

"La Tunisie considère que la Chine peut jouer un rôle décisif pour mettre fin à la souffrance du peuple syrien et empêcher une intervention militaire étrangère", a déclaré M. Marzouki à l'ouverture du sommet, qui réunit les chefs de la diplomatie d'une quinzaine de pays arabes et le ministre chinois des Affaires étrangères.

De son côté, le ministre koweïtien des Affaires étrangères Salah Khaled Alhamad Al-Sabah a estimé que Pékin devait "faire pression sur le gouvernement syrien pour arrêter la violence et les massacres et respecter ses engagements en vertu du plan Annan".

Le secrétaire général de la Ligue Arabe Nabil al Arabi a réclamé "l'arrêt immédiat des crimes contre les civils en Syrie". "Nous espérons également que toutes les parties de la communauté internationale soutiendront l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue Arabe, Kofi Annan", a-t-il dit.

"Le Proche-Orient passe actuellement par de profondes mutations et la Chine respecte et soutient le droit des pays arabes à traiter leurs affaires intérieures de manière indépendante, ainsi que la demande des peuples arabes de réformes et de développement", a déclaré le chef de la diplomatie chinoise Yang Jiechi.

Sans mentionner explicitement la Syrie, il a appelé "les parties concernées à travailler pour trouver des solutions globales et pacifiques".

"La Chine appelle la communauté internationale à respecter les principes de la Charte des Nations unies et la loi internationale, et à jouer un rôle constructif et positif pour faire baisser la tension dans la région", a-t-il dit.

Allié de Damas, Pékin est opposé à une intervention militaire en Syrie, une hypothèse que certains pays veulent voir renforcer après le massacre de Houla qui a fait 108 morts et déclenché un tollé international.

En plus de 14 mois de violences, plus de 13.000 Syriens ont trouvé la mort, en majorité des civils, selon les estimations d'une ONG syrienne.

ms-cf/jms

PLUS:afp