NOUVELLES

Volvo Ocean Race (7e étape) - Le missile Groupama 4 sème la panique en tête

30/05/2012 11:13 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

Le voilier français Groupama 4 a continué mercredi de remonter comme un missile sur la tête de la Volvo Ocean Race et n'était plus en milieu d'après-midi qu'à 13,6 milles du premier, Abu Dhabi, à un peu plus de 24 heures de l'arrivée de la 7e étape à Lisbonne.

Le VO70 (monocoque de 21,50 m) skippé par Franck Cammas est passé en deux jours de la 5e à la 2e place, malgré une avarie (ballast fissuré) heureusement vite réparée.

Partis le 20 mai de Miami (Etats-Unis), les premiers bateaux sont attendus à Lisbonne dans la nuit de jeudi à vendredi, après une régate de 3590 milles (environ 6500 km) à travers l'Atlantique, marquée par de nombreux pièges météo qui ont provoqué de multiples rebondissements en tête.

Comme prévu, les premiers bateaux ont ralenti mercredi à l'approche de la péninsule ibérique, après un festival de glisse pure depuis le nord des Açores dont Groupama 4 a bien profité.

Selon le spécialiste météo de la course Gonzalo Infante, la flotte ne devrait plus progresser qu'à 6 noeuds dans la nuit de mercredi à jeudi, avant d'accélérer à nouveau dans la matinée grâce à des alizés portugais de secteur nord.

Groupama 4 a connu une sérieuse alerte au cours des dernières heures avec cette avarie de ballast, découverte mardi.

Le ballast, un compartiment que l'on peut remplir d'eau pour équilibrer le bateau à certaines allures, "s'est vidé dans le bateau", a raconté mercredi matin l'équipier media Yann Riou. "On parle d'environ une tonne et demi d'eau qui se ballade à l'arrière de Groupama 4", a-t-il précisé.

Cammas et l'un de ses deux chefs de quart, Thomas Coville, "sont allés patauger dans le compartiment arrière pour assécher", l'équipier néo-zélandais Brad Marsh se chargeant ensuite de la réparation et passant "trois heures dans la boite, la meuleuse à la main".

"Encore quelques finitions à faire, mais notre ballast sera de nouveau opérationnel pour le dernier sprint", a conclu Riou, notant très justement que "ces péripéties ne nous ont pas vraiment ralentis".

Le premier voilier est attendu vers 22h00 GMT (minuit heure française) jeudi à Lisbonne.

heg/jcp

PLUS:afp