NOUVELLES

USA: Blancs et Noirs restent dans leur quartier, même quand ils déménagent (étude)

30/05/2012 01:11 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

Quand il s'agit de déménager, Blancs comme Noirs préfèrent le plus souvent se réinstaller dans une zone de leur propre communauté, malgré "le nombre croissant de quartiers multiethniques" aux Etats-Unis, affirme jeudi une étude.

Publiée dans le numéro de juin de l'American Sociological Review (Revue sociologique américaine), l'étude "Diversité des quartiers et migration familiale" a pris en compte les déménagements, d'une région métropolitaine à une autre, de 44.808 familles noires et 57.415 familles blanches entre 1977 et 2005.

Selon l'étude, 43,7% des familles noires déménageaient vers des quartiers majoritairement noirs et 56,8% des foyers de Blancs le faisaient vers des quartiers majoritairement blancs. A peine 5% des familles noires partaient habiter vers des quartiers blancs, et 2% des Blancs vers des quartiers noirs.

Quand ces ménages quittent un quartier où leur propre communauté est déjà majoritaire, elles ont encore plus tendance à partir s'installer vers le même type de quartier, remarque l'étude.

Ainsi, 60,9% des familles noires quittant un quartier noir emménagent dans un autre quartier noir. La proportion est encore plus forte chez les familles blanches: les trois quarts d'entre elles (74,9%) quittent un quartier blanc pour un autre quartier blanc.

"Notre étude dresse un constat pessimiste, mais réaliste", indique l'auteur principal de l'étude, Kyle Crowder, professeur de sociologie à l'université de Washington. "Elle s'attaque à l'idée que nous devons arrêter de parler de ségrégation en matière de résidence. En fait, il reste encore un long chemin à parcourir avant de l'éliminer", écrit-il.

Moins un quartier est monolithique, plus il a tendance à s'ouvrir à la diversité, remarquent par ailleurs les chercheurs selon qui il faut que les responsables politiques s'attaquent à cette question de la ségrégation. "La ségrégation en matière de logement a une influence sur des sujets tels que la concentration de la délinquance, les disparités raciales en matière de santé et d'exposition à la pollution", selon M. Crowder.

ff/lor

PLUS:afp