Huffpost Canada Quebec qc

Syrie: des observateurs de l'ONU découvrent 13 corps ligotés

Publication: Mis à jour:

Des observateurs de l'ONU ont découvert 13 corps sans vie ligotés dans l'est de la Syrie, dont beaucoup semblent avoir été tués par balles, a annoncé mercredi la mission d'observation.

Les corps, qui avaient les mains liés dans le dos, ont été retrouvés dans la province de Deir el-Zour, selon un communiqué de la mission onusienne. Certains semblaient avoir été abattus d'une balle dans la tête tirée à bout portant.

Le général norvégien Robert Mood, chef de l'équipe des observateurs de l'ONU, s'est dit "profondément troublé par cet acte épouvantable et inexcusable".

Par ailleurs, l'armée syrienne a bombardé mercredi Douma, dans la banlieue de Damas, et Homs (centre), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme et les Comités locaux de Coordination. Au moins cinq personnes ont été tuées à Douma, précisait-on de mêmes sources.

Ces violences intervenaient au lendemain de l'expulsion de diplomates syriens par plusieurs capitales occidentales, en réaction au massacre de Houla, au cours duquel 108 personnes, dont de nombreux enfants, ont été tuées.

Mercredi, le Japon à son tour a demandé à l'ambassadeur syrien de quitter Tokyo, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Koichiro Genba. De son côté, Ankara a ordonné au chargé d'affaires et plusieurs autres diplomates syriens de quitter la Turquie dans les 72 heures.

Les médias publics syriens ont dénoncé ces expulsions, évoquant une "hystérie sans précédent".

Accusé de ces exactions à Houla, le régime de Bachar el-Assad a annoncé mener sa propre enquête qu'il devrait boucler mercredi. Le régime syrien impute le massacre à des "terroristes armés", mais des témoins accusent les chabiha, des milices qui servent souvent de supplétifs aux forces gouvernementales. Des opposants, à Houla, ont déclaré que l'armée avait bombardé la zone après des manifestations et s'était battue avec des rebelles locaux. Les chabiha de villages voisins auraient ensuite ratissé le secteur en poignardant et en tuant des habitants à bout portant.

L'ONU estime que les violences ont fait plus de 9.000 morts depuis le début à la mi-mars 2011 du mouvement de contestation initialement pacifique, réprimé dans le sang. AP

ljg/v167-186/pyr/v547