NOUVELLES

Suggestion belge de zones de sécurité en Syrie: Paris dit étudier toute option

30/05/2012 07:40 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

La France a déclaré mercredi prendre "en considération toutes les options qui permettraient de mettre un terme à la répression en Syrie", après la proposition de la Belgique d'instaurer des "zones de sécurité" dans ce pays garanties par "une force internationale".

"Nous prenons en considération toutes les options qui permettraient de mettre un terme à la répression en Syrie et d'engager un processus politique crédible", a affirmé à la presse le porte-parole du ministère, Bernard Valero. Il a rappelé que le président français François Hiollande a indiqué mardi soir n'envisager une action militaire que dans un cadre de l'ONU.

La Belgique plaide pour la création de "zones de sécurité" en Syrie, protégées par une "force internationale", avait déclaré plus tôt le ministre ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, en écartant une action similaire à celle qui a fait chuter en 2011 Mouammar Kadhafi en Libye.

"Sans une présence militaire sur le territoire syrien pour assurer le cessez-le-feu, pour soutenir le plan de Kofi Annan, pour protéger les observateurs, pour assurer le cheminement de l'aide humanitaire, on n'obtiendra rien du président syrien", a ajouté M. Reynders sur la radio privée Bel-RTL.

Bernard Valero a enfin indiqué que la France, avec ses partenaires à Genève, demandait "aujourd'hui la tenue d'une session spéciale du Conseil des droits de l'Homme sur la situation en Syrie". Celle-ci "pourrait se tenir dans les tout prochains jours", a-t-il précisé.

prh/thm/jms

PLUS:afp