NOUVELLES

Pêches et Océans: six centres de service seront fusionnés à Fredericton

30/05/2012 08:39 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

FREDERICTON - L'opposition néo-démocrate s'interroge sur les motifs justifiant la fermeture possible de six centres de soutien financier de Pêches et Océans Canada, établis dans plusieurs villes du pays, pour les fusionner en un seul, à Fredericton au Nouveau-Brunswick, qui est aussi la circonscription représentée par le ministre de ce même ministère, Keith Ashfield.

Robert Chisholm, porte-parole du néo-démocrate en matière de pêcheries, a déclaré en Chambre mercredi qu'il voulait savoir pourquoi le gouvernement fédéral transférerait ces emplois alors que le ministère a déjà donné au chapitre des compressions budgétaires.

Rassembler ces emplois dans une région telle que Fredericton est intrigant, a soutenu M. Chislom, ajoutant être intéressé par les explications du ministre Ashfield.

Le ministère a mentionné que la mesure s'échelonnerait sur les trois prochaines années, mais a refusé de préciser quels étaient les bureaux visés.

Une porte-parole du ministre Ashfield, Erin Filliter, a indiqué par courriel que la fusion des six bureaux et de certains services financiers à Ottawa permettrait de réaliser des économies d'environ 2 millions $, bien qu'elle ait refusé de préciser combien d'emplois seraient affectés par la mesure. Elle a ajouté que la décision de relocaliser tous les centres à Fredericton avait été recommandée par le ministère.

Mme Filliter a fait valoir que le gouvernement fédéral s'était engagé à réduire ses dépenses, précisant que ce dossier illustrait parfaitement l'élimination des doublons en regroupant sous un même toit six bureaux de service.

M. Chisholm a déclaré ne pas pouvoir comprendre comment le gouvernement conservateur arriverait à des économies de 2 millions $ avec de tels changements.

«Lorsque vous tenez compte des coûts de la relocalisation et considérez l'absence d'un service qui était offert à une communauté depuis des années, il est extrêmement difficile de prouver qu'il y aura des économies de quelque nature que ce soit», a-t-il plaidé.

Les employés de ces centres fournissent une série de services financiers tels l'approvisionnement, les commandes d'achats et le règlement des factures du ministère.

Le regroupement des centres survient alors que le ministère se lance dans une opération de compressions budgétaires de l'ordre de 79,3 millions $ au cours des trois prochaines années.

Ces changements devraient entraîner une perte d'environ 400 postes au sein de son équipe.

PLUS:pc