NOUVELLES

Libération d'un Britannique après trois mois de captivité au Soudan

30/05/2012 02:22 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

Un travailleur humanitaire britannique a été libéré mercredi après près de trois mois de captivité au Darfour, une région de l'ouest du Soudan en guerre civile.

Après sa libération, Patrick Noonan, qui travaillait pour le Programme alimentaire mondial (PAM), est arrivé à l'aéroport de Khartoum, accompagné de responsables, en provenance du Darfour, selon un journaliste de l'AFP sur place.

"Il est passé par une rude épreuve. On nous a dit combien il a été fort et je pense que cela est vrai", a déclaré le chargé d'affaires britannique Tony Brennan, lors d'une brève déclaration aux journalistes à l'aéroport. Il a ajouté que l'ex-otage avait surmonté l'épreuve "la tête haute".

Interrogé afin de savoir s'il avait été bien traité par ses ravisseurs, M. Noonan n'a pas répondu et a été emmené par les responsables.

Dans une conférence de presse au Darfour avant son arrivée à Khartoum et reproduite dans un communiqué de la force de maintien de paix de l'ONU et de l'Union africaine (Minuad) dans cette région, M. Noonan a affirmé que ses ravisseurs ne lui avait pas fait de mal.

Ils lui ont donné de la nourriture mais pas suffisamment d'eau, selon le communiqué. "Il a affirmé qu'il avait été autorisé à contacter sa famille".

"Après 86 jours de captivité dans l'Etat du Darfour-Sud, le travailleur humanitaire Patrick Noonan a été relâché", avait annoncé plus tôt dans la journée le PAM, un organisme des Nations unies, dans un communiqué.

M. Noonan, âgé de 48 ans et père de deux enfants, se trouvait au Soudan depuis environ deux ans et travaillait comme logisticien à Nyala, chef-lieu du Darfour-Sud, quand il a été enlevé par des "hommes armés" le 6 mars.

"Nous sommes contents de sa libération", a indiqué le directeur du PAM Ertharin Cousin dans le communiqué, sans donner de détails sur les auteurs du rapt.

Un chauffeur soudanais enlevé avec lui avait été libéré le même jour.

Le Foreign Office a remercié les autorités soudanaises de leur aide.

"Patrick est actuellement pris en charge par le PAM", a indiqué le secrétaire d'Etat britannique chargé de l'Afrique Henry Bellingham, en "remerciant le gouvernement du Soudan et plus particulièrement le gouverneur du Darfour-Sud pour leur action en faveur de (sa) libération".

"Nous sommes tous très contents que Patrick soit parmi nous de nouveau et nous remercions les gouvernements, en particulier celui du Darfour-Sud, pour ce qu'ils ont fait", a déclaré à l'aéroport de Khartoum Corinne Fleischer, une responsable régionale du PAM.

"Il a besoin de beaucoup de temps pour se reposer et être avec sa famille", a dit le chef de la Minuad, Ibrahim Gambari, avec M. Noonan à ses côtés.

Un porte-parole du PAM à Khartoum a affirmé que l'organisation ignorait l'identité des ravisseurs.

"La situation au Darfour demeure volatile et les problèmes de sécurité entravent le travail de la communauté humanitaire", a indiqué le PAM.

Selon le PAM, 40 travailleurs humanitaires ont été enlevés depuis mars 2009, date de la délivrance d'un mandat d'arrêt par la Cour pénale internationale contre le président soudanais Omar el-Béchir pour crimes contre l'humanité au Darfour.

Cinq Turcs, enlevés en septembre 2011 par le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, avaient été libérés début février.

Un travailleur humanitaire italien avait été libéré en décembre après plus de quatre mois de captivité. Il avait été enlevé le 14 août par des hommes armés à Nyala.

Au moins 300.000 personnes ont été tuées et 1,8 million déplacées depuis le début en 2003 de la guerre au Darfour, selon une estimation de l'ONU. Khartoum évoque de son côté le chiffre de 10.000 morts.

it/tp/sbh

PLUS:afp