Jeux de Londres: une campagne contre Rio Tinto s'organise

Publication: Mis à jour:
RIO TINTO MANIFESTATION
AFP/Getty Images

MONTRÉAL - Plus de 13 000 personnes de toutes nationalités auraient envoyé une lettre au Comité international olympique (CIO) pour protester contre le rôle joué par Rio Tinto dans les Jeux olympiques de Londres, en lien avec son lockout de 780 travailleurs à Alma, au Québec.

Le Syndicat des Métallos a indiqué par voie de communiqué que les lettres ont été envoyées à Jacques Rogge, président du CIO, et à Marcel Aubut, président du Comité olympique canadien, dans le cadre de la campagne Hors du podium.

Rio Tinto est le fournisseur officiel des métaux utilisés dans la production de 4700 médailles olympiques qui seront remises aux athlètes pendant les Jeux de Londres 2012.

Les lettres envoyées au Comité olympique canadien presseraient Marcel Aubut d'«utiliser [son] influence à titre de président du Comité olympique canadien pour que Rio Tinto soit éjectée du podium olympique».

Dans le cas contraire, poursuit le syndicat, «les athlètes olympiques canadiens et du monde entier seront forcés de porter des médailles ternies par le comportement d'une entreprise qui ne respecte ni les idéaux du mouvement olympique, ni ses travailleurs ni les principes de responsabilité sociale prônés par le CIO».

La campagne de lettres a été lancée avant la réunion du CIO tenue à Québec la semaine dernière.

Le médiateur dans le conflit à l'aluminerie de Rio Tinto Alcan à Alma, au Lac-Saint-Jean, a rencontré aussi mercredi les représentants des 780 travailleurs en lock-out.

Le président de la section locale 9490 des Métallos (FTQ), Marc Maltais, a confirmé que le syndicat avait rencontré un médiateur mercredi, mais n'a pas voulu donner plus de détails. M. Maltais s'est contenté d'affirmer que le moral des travailleurs demeurait bon, notamment grâce aux différents appuis reçus ces derniers jours.

La partie patronale, qui a déclaré publiquement souhaiter un règlement d'ici la fin de l'été, a rendez-vous jeudi avec le médiateur.

M. Maltais espère que les volontés des dirigeants de l'aluminerie d'Alma se traduiront par des gestes concrets.

Le 30 décembre dernier, Rio Tinto Alcan a mis ces travailleurs en lock-out, en pleine nuit, 24 heures avant d'en obtenir le droit. Depuis, l'entreprise continue pourtant à exploiter ses barrages et Hydro-Québec est tenue d'acheter au tarif grande puissance l'énergie produite. Cela représente des revenus bruts mensuels d'environ 14,5 M $.

Le conflit ne porte pas sur les conditions salariales mais sur le recours à la sous-traitance au fil des départs à la retraite. Sans se déclarer contre toute forme de sous-traitance, le syndicat réclame un mécanisme pour la limiter.

Sur le web

Jeux de Londres: une campagne contre Rio Tinto s'organise

Les Métallos de Rio Tinto Alcan au Congrès SportAccord

Les Métallos veulent enlever Rio Tinto du podium

Manifestation devant le siège du CIO à Lausanne

Zoë Yujnovich, PDG d'Iron Ore du Canada: la dame de fer

Des syndicats protestent devant le siège du CIO à Lausanne