NOUVELLES

Israël: un journaliste poursuivi pour détention de documents militaires

30/05/2012 11:01 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

Le procureur de l'Etat d'Israël a décidé d'engager des poursuites contre le journaliste Uri Blau, du quotidien Haaretz, pour détention illégale de documents militaires, selon un communiqué officiel.

Le procureur de l'Etat, Yéhouda Weinstein, également conseiller juridique du gouvernement, a décidé lundi de poursuivre M. Blau "pour détention illégale d'informations secrètes, sans intention de nuire à la sécurité de l'Etat", précise ce communiqué.

"M. Blau a détenu dans son ordinateur ces documents volés et ultra secrets, et n'a pas rempli son obligation qui était de les restituer aux autorités", ajoute-t-il.

Uri Blau s'était vu confier des milliers de documents confidentiels volés à l'armée israélienne par une soldate, Anat Kamm.

En se fondant sur ces documents, il avait publié le 4 décembre 2008 un article indiquant que l'armée avait planifié et mené des assassinats ciblés contre des militants palestiniens, en infraction à une décision de justice.

La direction du journal de gauche a déploré la décision du procureur de l'Etat en excipant de la liberté de la presse.

Dans un communiqué, l'association Reporters sans frontières s'est dite "très inquiète" de cette annonce, affirmant que M. Blau risquait jusqu'à sept ans de prison.

"Ces poursuites, tout comme la condamnation d'Anat Kamm en octobre 2011, constituent un avertissement clair à tous les journalistes utilisant des documents confidentiels comme base de leur travail. Il s'agit d'un signal inquiétant pour la liberté de la presse en Israël. Nous réitérons notre demande d'abandon des charges qui pèsent à l'encontre d'Uri Blau", a déclaré RSF.

La soldate Anat Kamm avait profité durant son service militaire obligatoire entre 2005 et 2007 de ses fonctions de secrétaire du général Yaïr Naveh, alors commandant de la région militaire centre --qui couvre la Cisjordanie-- pour voler quelque 2.000 documents classés "top secret".

Elle a été condamnée le 30 octobre 2011 à quatre ans et demi de prison ferme, et un an et demi avec sursis. Anat Kamm est actuellement incarcérée.

ChW-agr/sbh

PLUS:afp