NOUVELLES

Iran: un puissant virus s'est attaqué au secteur pétrolier

30/05/2012 10:11 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

TÉHÉRAN, Iran - Les informaticiens iraniens qui tentaient de neutraliser un virus sophistiqué le mois dernier ont dû se résoudre à appliquer l'ultime mesure de sécurité: couper tout lien Internet au ministère du Pétrole de l'Iran, aux plateformes et au pôle d'échanges pour la quasi-totalité des exportateurs pétroliers du pays.

Les autorités iraniennes ont déclaré que le virus siphonnait les données sur les principaux réseaux pétroliers, et lui ont donné, mercredi, le nom de «Flame». Le programme à la fine pointe de la technologie permet de vider des dossiers informatiques à distance et même d'écouter les utilisateurs d'ordinateurs. Son origine demeure inconnue, mais les soupçons ont rapidement tombé sur Israël, qui ouvrirait ainsi un nouveau front dans sa guerre à son ennemi juré, l'Iran.

Le virus s'est attaqué à certains secteurs, dont celui du pétrole, a indiqué Gholam Reza Jalali, qui dirige une unité militaire de l'Iran chargée de lutter contre les actes de sabotage. Il a ajouté qu'«heureusement», le virus avait été détecté et qu'ils avaient pu contrôler le seul incident.

Le virus Flame — un amalgame d'espionnage informatique et du cambriolage de disque-dur —, a récemment été repéré au Proche-Orient. L'attaque du réseau pétrolier de l'Iran, en avril, pourrait toutefois en faire sa première infiltration majeure, laissant croire que d'autres tentatives significatives pourraient être faites contre les secteurs commerciaux et nucléaires de l'Iran. Le pays est l'un des principaux producteurs pétroliers du monde.

Il y a deux ans, le virus Stuxnet, conçu pour interrompre les centrifugeuses nucléaires de l'Iran avait causé certains dommages dans ses laboratoires d'enrichissement d'uranium et avait contaminé environ 16 000 ordinateurs, selon les autorités iraniennes.

PLUS:pc