NOUVELLES

Iran: la France assure rester ferme après des critiques israéliennes

30/05/2012 08:08 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

Les puissances chargées du dossier du nucléaire iranien, dont la France, restent fermes à l'égard de leurs exigences d'un programme exclusivement pacifique, ont affirmé mercredi les autorités françaises après des critiques d'Israël.

Comme la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, "l'a dit au nom des Six à Badgad le 24 mai, (ces derniers) demeurent fermes, clairs et unis", a affirmé lors d'un point de presse le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero.

L'objectif reste "la recherche d'une solution diplomatique rapide aux préoccupations de la communauté internationale sur la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien, fondée sur le TNP (Traité de non-prolifération) et sur la mise en oeuvre intégrale des résolutions" de l'ONU et de l'Agence internationale de l'énergie atomique, a-t-il ajouté.

Mardi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait jugé que les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne avaient lors de la réunion du 24 mai avec l'Iran "abaissé leurs exigences par rapport à la précédente réunion". "Alors qu'auparavant, ils demandaient l'arrêt de l'enrichissement à 3,5% de l'uranium (...) ils n'exigent même plus que l'Iran cesse tout enrichissement", avait-il déploré.

L'enrichissement d'uranium est au centre des inquiétudes de la communauté internationale. Enrichi jusqu'à 5%, l'uranium sert de combustible à des centrales nucléaires. A 20%, il alimente les réacteurs de recherche. Mais au-delà de 90%, il peut servir à fabriquer l'arme atomique.

A Bagdad, il n'a été question que d'un arrêt de l'enrichissement à 20% que poursuit l'Iran, selon des diplomates occidentaux.

prh/thm/jlb

PLUS:afp