NOUVELLES

Iran: 80 stands d'une foire internationale fermés pour non-respect du voile

30/05/2012 06:32 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

La police est intervenue dans une foire internationale à Téhéran pour fermer 80 stands où se trouvaient des femmes qui ne respectaient pas assez strictement le port du foulard islamique, selon les chefs de la police cités mercredi par les médias.

Les responsables des stands coupables "avaient reçu un avertissement mais ne l'ont pas pris au sérieux et c'est pour cela que nous les avons fermés", a indiqué le chef de la police, Esmail Ahmadi Moghaddam, cité par le quotidien Mardom Salari.

Le raid a visé les participants à la 19eme Foire internationale agroalimentaire, tenue du 27 au 30 mai, à laquelle étaient présentes des sociétés de nombreux pays européens et asiatiques, dont la France, l'Allemagne, la Chine ou l'Inde.

Le chef adjoint de la police Ahmad Reza Radan a précisé, selon la même source, que la mesure avait frappé 80 stands --sur 700-- dont "le personnel féminin ne respectait pas correctement le port du hijab", le foulard islamique obligatoire pour toutes les femmes en Iran.

Il n'a pas précisé si des stands de sociétés étrangères avaient été fermés, ni le sort des femmes accusées d'avoir contrevenu aux règles vestimentaires islamiques, un délit passible d'amende et dans parfois de fouet.

La plupart du temps, les contrevenantes sont simplement détenues dans un poste de police jusqu'à ce que des proches viennent les chercher.

Comme chaque année à l'approche des chaleurs de l'été incitant à porter des vêtements légers, la police a intensifié les opérations contre les "femmes mal voilées" dans les grandes villes, contrôlant véhicules et piétons dans les lieux publics les plus fréquentés.

Selon Mardom Salari, la police a également lancé une campagne contre les magasins vendant des cravates pour faire respecter une réglementation --largement ignorée-- datant des débuts de la révolution islamique et interdisant cet ornement vestimentaire jugé comme un symbole de la culture occidentale par les durs du régime.

Le respect des normes vestimentaires "islamiques" par les femmes nourrit régulièrement la polémique entre les partisans d'une application stricte de la loi et ceux, dont le président Mahmoud Ahmadinejad, prônant une approche plus tolérante.

bur-lma/vl

PLUS:afp