NOUVELLES

Dix morts, les combats entre armée et rebelles font rage (ONG)

30/05/2012 06:06 EDT | Actualisé 30/07/2012 05:12 EDT

De violents affrontements ont opposé l'armée et des combattants rebelles mercredi à l'aube près de Damas et dans de nombreuses autres régions de la Syrie où au moins dix personnes ont péri, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A Sitt Zeinab, dans la banlieue sud de Damas, "des combats violents se sont déroulés dans la nuit entre troupes et rebelles. Deux explosions puissantes y ont été entendues", selon cette ONG.

Des explosions et des tirs ont été entendus également dans deux autres quartiers de la capitale, Hajar-Asouad et Qadam.

Des combats similaires ont eu lieu dans la province de Damas où un civil a été tué par des tirs à Daraya dans la nuit.

L'OSDH a fait état de la mort de cinq personnes dans la ville rebelle de Douma, près de Damas, sans être en mesure de préciser les circonstances de ces décès.

Dans la région de Homs, haut lieu de la contestation dans le centre de la Syrie, un combattant de l'Armée syrienne libre (ASL, formée notamment de déserteurs) a été tué par un obus lancé sur sa voiture près de Rastane.

Les alentours de Qousseir sont bombardés par les forces régulières, alors qu'à Homs même, des explosions et des tirs nourris ont été entendus dans plusieurs quartiers.

Plus au nord, à Kafarzita dans la province de Hama, des combats se sont également déroulés entre armée et rebelles dont deux ont péri, et les habitants ont lancé une grève générale, selon l'OSDH.

Dans la province d'Idleb, dans le nord ouest du pays, "des combats virulents" ont eu lieu près d'un barrage militaire, qui ont tué le commandant d'une brigade rebelle à Jabal al-Zaouia, et blessé d'autres combattants rebelles.

Plusieurs soldats ont également été tués lors de ces affrontements au cours desquels les rebelles ont saisi des blindés et pris en otage des militaires.

Selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, les combats se sont intensifiés ces derniers jours, et les forces du régime, qui subissent selon lui des pertes quotidiennes "élevées", sont "épuisées".

Le médiateur international Kofi Annan, qui a rencontré mardi le président syrien Bachar al-Assad, lui a demandé de "prendre des mesures courageuses maintenant" pour mettre fin aux violences, évoquant un "moment charnière" après le massacre de Houla, qui a déclenché un tollé international.

Le bilan des violences de mardi a atteint 98 morts, selon l'OSDH qui a fait état d'un nouveau massacre de 13 civils à Deir Ezzor, dans l'est du pays.

rm/cnp/hj

PLUS:afp